Alibaba affiche une croissance lente alors que la politique chinoise de Covid pèse

Business

La société chinoise de commerce électronique Alibaba Group Holding Ltd.

BABA -1,44%

a annoncé l’une de ses plus faibles augmentations de revenus depuis son introduction en bourse, soulignant le poids persistant de la politique zéro-Covid de Pékin sur la consommation intérieure et les activités commerciales.

La société basée à Hangzhou a déclaré jeudi que son chiffre d’affaires du trimestre de juillet à septembre avait augmenté de 3% par rapport à la même période de l’année précédente, marquant un retour à la croissance après la faible baisse du trimestre précédent lorsque les blocages pandémiques généralisés ont perturbé les chaînes d’approvisionnement et la logistique.

Les ventes se sont élevées à 29,1 milliards de dollars, manquant la prévision moyenne des analystes interrogés par S&P Global Market Intelligence. Les certificats de dépôt américains d’Alibaba ont chuté de 2,7% dans les échanges avant commercialisation jeudi.

La perte nette attribuable aux actionnaires ordinaires s’est élevée à 20,6 milliards de yuans, soit l’équivalent de 2,9 milliards de dollars, contre un bénéfice net de 5,4 milliards de yuans à la même période il y a un an. La société a déclaré que la perte découlait en partie de la baisse des prix de ses investissements dans des sociétés cotées en bourse.

Alibaba a également déclaré qu’il prolongeait son programme de rachat d’actions de 15 milliards de dollars, en plus de son programme existant de 25 milliards de dollars, dans le but de renforcer la confiance des investisseurs alors que ses actions baissent. Le programme sera effectif jusqu’en mars 2025. Alibaba a déclaré avoir racheté environ 18 milliards de dollars de ses actions dans le cadre de son programme existant le 16 novembre.

A lire aussi  ESPN et la Formule 1 concluent un nouvel accord de diffusion

Alibaba, qui figurait dans le passé parmi les entreprises technologiques chinoises à la croissance la plus rapide, a dû faire face à des difficultés économiques que les restrictions strictes de Pékin contre le Covid-19 ont provoquées, la concurrence et les conséquences d’une répression réglementaire. Les certificats de dépôt américains de la société ont chuté de plus de 45 % au cours de l’année écoulée.

En octobre, alors que la Chine faisait face à de larges épidémies de variantes d’Omicron, le moral des consommateurs est resté faible, les ménages réduisant leurs dépenses tandis que les conditions du marché du travail continuaient de subir des pressions.

L’économie du pays n’a augmenté que d’un maigre 3 % au cours des neuf premiers mois, et elle devrait manquer l’objectif officiel d’environ 5,5 % de croissance du produit intérieur brut cette année. Les ventes au détail, un indicateur de la consommation intérieure, ont chuté en octobre pour la première fois en cinq mois par rapport à l’année précédente, selon le Bureau national des statistiques.

Les ventes en ligne, qui représentent plus d’un quart des ventes au détail, ont mieux résisté que la vente au détail physique. Les ventes de biens physiques du commerce électronique en Chine ont augmenté de 12,5 % d’une année sur l’autre au troisième trimestre, plus forte que l’expansion de 7,5 % au deuxième trimestre, selon les données officielles.

Les autorités chinoises ont annoncé la semaine dernière de nouvelles règles atténuant la pression du secteur du logement et les restrictions pandémiques visant à réduire le coût économique des contrôles stricts de Covid. Les dirigeants chinois n’ont pas encore fixé de calendrier pour une réouverture plus large, a rapporté le Wall Street Journal.

Le discours du président chinois Xi Jinping lors du 20e Congrès du Parti chinois suggère que l’économie du pays évolue dans une nouvelle direction. Quant aux investisseurs américains, ils prendront probablement plus de risques en investissant en Chine. Dion Rabouin du WSJ explique. Illustration : Elisabeth Smelov

Des inspecteurs comptables américains ont récemment passé des semaines à Hong Kong à examiner les documents d’audit de sociétés chinoises cotées aux États-Unis, dont Alibaba, a rapporté le Journal précédemment. Ils sont depuis retournés aux États-Unis et le Public Company Accounting Oversight Board décidera en décembre si l’inspection a satisfait aux lois américaines. Les entreprises peuvent être radiées des bourses américaines si leurs commissaires aux comptes ne peuvent pas être inspectés par l’organisme de surveillance comptable américain pendant trois années consécutives. Alibaba poursuit également une cotation primaire de ses actions à Hong Kong.

Le chiffre d’affaires trimestriel d’Alibaba dans sa devise de présentation s’élevait à 207,2 milliards de yuans, sur la base d’un taux de change d’environ 7,1135 yuans pour un dollar utilisé par Alibaba, contre 200,69 milliards de yuans l’année précédente.

La filiale de technologie financière d’Alibaba, Ant Group Co., a enregistré un bénéfice net estimé à 7,25 milliards de yuans au cours du trimestre clos le 30 juin, en baisse de 63 % par rapport à la même période il y a un an, selon les calculs du Journal basés sur les déclarations de revenus d’Alibaba. Alibaba détient un tiers d’Ant et déclare sa part des bénéfices avec un quart de retard.

La baisse du bénéfice d’Ant était due à la baisse de la juste valeur des investissements détenus par la société de technologie financière et à la baisse du bénéfice d’exploitation d’Ant, selon la divulgation d’Alibaba.

Rebecca Feng a contribué à Cet article.

Écrivez à Shen Lu à shen.lu@wsj.com

Copyright ©2022 Dow Jones & Company, Inc. Tous droits réservés. 87990cbe856818d5eddac44c7b1cdeb8

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *