Autoriser l’Inde à exporter des céréales alimentaires du stock public vers les pays nécessiteux: FM Sitharaman à l’OMC

Economie

Le ministre des Finances, Nirmala Sitharaman, a demandé vendredi à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) d’autoriser l’Inde à exporter des céréales vivrières de ses stocks publics vers des pays confrontés à une crise alimentaire.

Elle s’exprimait lors d’un séminaire sur le « Renforcement de la collaboration mondiale pour lutter contre l’insécurité alimentaire » en marge de la troisième réunion des ministres des Finances et des gouverneurs des banques centrales du G20 (FMCBG) à Bali, en Indonésie.

Conformément aux normes de l’OMC, les pays ne sont pas autorisés à exporter des céréales vivrières à partir de leurs stocks publics car ils sont achetés à des tarifs subventionnés.

« Restriction de l’OMC selon laquelle les céréales ainsi achetées ne peuvent pas être amenées sur le marché pour être exportées. C’est une condition qui existe depuis l’époque du Cycle d’Uruguay. Nous avons répété à plusieurs reprises que (l’excédent) de ce que nous avons pour nos petits agriculteurs… nous sommes tout à fait disposés à faire du commerce », a déclaré Sitharaman.

Elle a dit que l’Inde peut aider à réduire la faim ou l’insécurité alimentaire, mais il y a une hésitation de la part de l’OMC.
De nombreux pays dans le monde sont actuellement confrontés à une pénurie alimentaire en raison de la guerre en cours entre la Russie et l’Ukraine.

Un groupe d’environ 70 à 80 pays, dirigé par Singapour, pousse les pays membres de l’OMC à accepter des engagements contraignants de ne pas étendre les restrictions à l’exportation sur les céréales alimentaires achetées dans le cadre du Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations Unies.

A lire aussi  Le Sri Lanka fait défaut sur sa dette pour la première fois alors que la crise économique s'aggrave

Certains membres, cependant, ont exprimé des inquiétudes concernant une exemption générale pour les achats de produits alimentaires du PAM en raison de considérations de sécurité alimentaire nationale.
Le ministre des Finances a souligné que la nourriture, le carburant et les engrais sont des biens publics mondiaux et qu’il est essentiel d’en garantir l’accès aux économies en développement et émergentes.

Elle a déclaré qu’il était urgent de renforcer la production alimentaire et le système alimentaire mondial.
Sitharaman a également partagé l’expérience de l’Inde, y compris des gains solides dans la production agricole, des programmes de sécurité alimentaire centrés sur les citoyens et des mécanismes de distribution innovants tels que le plan historique du programme « One Nation One Ration Card ».

Le monde va célébrer 2023 comme l’Année internationale du mil et comme l’Inde est un important pays producteur de mil dans le monde, elle peut assurer une contribution précieuse à la sécurité alimentaire dans le monde grâce à la production de mil, a-t-elle déclaré.

En marge, Sitharaman a rencontré Chrystia Freeland, vice-première ministre et ministre des Finances du Canada.
« Les deux ministres ont échangé des réflexions sur les perspectives et les risques #GlobalMacroEconomic, et ont discuté des questions importantes de la piste #G20Finance », a déclaré le ministre des Finances dans un tweet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.