Centre pour exploiter le marché, NSSF pour augmenter les recettes : les dépenses en capital ne seront pas compromises ; les dépenses de revenus doivent être « calibrées »

Economie

La multitude de réductions d’impôts indirects annoncées samedi pour contenir l’inflation obligerait le Centre à calibrer les dépenses de recettes en plus d’augmenter modérément ses emprunts, a déclaré un haut responsable du gouvernement à FE.

Avant la dernière série de mesures, la sortie de subventions supplémentaires au cours de l’exercice 23 en raison des prix mondiaux élevés des produits de base et de l’extension du programme de rationnement gratuit jusqu’en septembre devait être compensée par des revenus plus élevés que prévu, en particulier les recettes fiscales, au cours de l’année. .

« Il va maintenant y avoir un manque à gagner dans les recettes par rapport aux dépenses améliorées. Cependant, nous ne voudrions pas réduire le programme d’investissement car il est nécessaire pour une croissance à long terme », a déclaré le responsable. « Le manque à gagner sera comblé par une combinaison de calibrage des dépenses, principalement ciblées sur les dépenses de recettes, et une certaine augmentation des emprunts – soit sur le marché, soit auprès du National Small Savings Fund (NSSF) », a ajouté le responsable.

Les responsables du ministère des Finances retourneront prochainement à la planche à dessin pour réévaluer le budget en vue des nouvelles mesures. Bien sûr, le montant des emprunts supplémentaires et des réductions de dépenses dépendra de l’évolution des flux de revenus dans les mois à venir.

On s’attend également à ce que l’objectif de désinvestissement de Rs 65 000 crore soit dépassé d’environ Rs 20 000 crore, compte tenu des recettes de l’introduction en bourse de LIC, qui n’était pas budgétisée.

Le ministre des Finances, Nirmala Sitharaman, a annoncé une dépense supplémentaire de 1,10 billion de roupies pour la subvention des engrais au cours de cet exercice – le montant budgétisé était de 1,05 billion de roupies. Cela correspond aux attentes de la plupart des analystes. En fait, le secrétaire aux finances, TV Somanathan, avait déclaré à FE que la subvention supplémentaire de près de 2 billions de dollars (dont 80 000 crores de roupies sur le régime de rationnement gratuit) serait plus ou moins équilibrée par des revenus plus élevés.

La dernière série de mesures entraînera une perte de revenus d’un peu moins de 1 000 milliards de roupies au cours de l’exercice 23. Si les réductions des droits d’accise sur les carburants automobiles obligeaient le Centre à renoncer à des revenus de 1 000 milliards de roupies par an, la perte de revenus au cours des 10 mois restants de l’exercice en cours serait de 85 000 à 90 000 crores de roupies, a déclaré le responsable. Si l’on ajoute la sortie de Rs 6 100 crore par an en raison de la subvention de Rs 200 / cylindre pour les bénéficiaires du programme Ujjwala et la perte de revenus due aux réductions des droits d’importation sur une multitude de matières premières industrielles telles que le charbon à coke, le naphta et l’acier, le les revenus touchés au cours de l’exercice 23 seront légèrement inférieurs à 1 000 milliards de roupies.

A lire aussi  L'Inde saute de 6 places au 37e rang de l'indice de compétitivité mondiale de l'IMD ; Le Danemark en tête du classement

De manière significative, des économies d’environ 30 000 crores de roupies sont attendues au cours de l’exercice 23 par rapport au niveau budgété, grâce à la baisse des achats de blé causée par les taux de mandi élevés et la baisse de la production de céréales.

Le gouvernement central a annoncé son intention d’emprunter 8,45 billions de roupies sur le marché par le biais de titres datés au cours du premier semestre de l’exercice 23, soit environ 59 % de l’objectif annuel révisé, alors qu’il cherchait à accélérer les dépenses pour stimuler la croissance.

Le ministère des Finances a fixé les emprunts bruts sur le marché de l’exercice 23 via des titres datés à 14,31 billions de roupies, contre les 14,95 billions de roupies budgétés, citant un programme de changement mené le 28 janvier. l’épidémie de Covid, en hausse de près de 62 % par rapport au niveau budgété.

Pendant ce temps, les prélèvements du Centre sur le NSSF devraient passer d’un record de 5,92 billions de roupies au cours de l’exercice 22 à 4,25 billions de roupies au cours de l’exercice 23. Au cours de l’exercice 2020, il avait emprunté 4,87 billions de roupies au NSSF. Compte tenu des derniers développements, les emprunts auprès du NSSF cette année pourraient être légèrement supérieurs au niveau budgétisé.

L’agence de notation Icra estime que les recettes fiscales nettes du Centre dépasseront les estimations budgétaires d’au moins 1,3 billion de roupies, même après la réduction des accises sur les carburants. « Nous nous attendons maintenant à ce que le PIB nominal augmente d’environ 14 à 15 % au cours de l’exercice 23, suite au durcissement des prix des matières premières et aux implications pour le déflateur du PIB. Cela aidera à contenir la taille du déficit budgétaire par rapport au PIB nominal pour cette année », a déclaré l’économiste en chef de l’agence, Aditi Nayar.

L’estimation budgétaire du déficit budgétaire est fixée à 6,4 % du PIB au cours de l’exercice 23, contre environ 6,9 % au cours de l’exercice 22.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.