Chaque dollar d’investissement dans les emplois sociaux génère 2,3 fois plus de rendements

Economie

Faisant la promotion de l’investissement dans les emplois sociaux, le Forum économique mondial a déclaré jeudi que chaque dollar investi dans ces emplois peut générer un effet multiplicateur de 2,3 fois le capital initial.

Selon un nouveau rapport publié par le WEF le dernier jour de son assemblée annuelle 2022, investir dans l’éducation, la santé et les emplois dans les soins peut rapporter un triple dividende : stimuler l’activité économique, élargir les opportunités d’emploi et générer la mobilité sociale.

Une nouvelle modélisation de l’économie des États-Unis suggère qu’investir un dollar dans des emplois sociaux rapporterait 2,3 USD.
Le modèle estime que 1 300 milliards de dollars d’emplois sociaux de demain pourraient débloquer 3 100 milliards de dollars de rendement du PIB et créer 11 millions d’emplois d’ici 2030.
Ces emplois comprennent 4,2 millions d’emplois dans l’enseignement, 1,8 million d’emplois pour les travailleurs des soins personnels et des services et 900 000 emplois dans le secteur de la santé.

Le rapport indique que les augmentations associées de la productivité, l’augmentation du PIB et le resserrement des marchés du travail conduiront à une augmentation parallèle des salaires réels.
Aidés par la technologie et de meilleures compétences, les emplois de demain ont le potentiel d’élever le niveau de vie à l’échelle mondiale, a déclaré le WEF.

Après plus de deux ans de turbulences dans l’économie mondiale et des perspectives toujours incertaines, les dirigeants doivent aider les travailleurs à s’orienter vers un avenir qui profite à tous. Des emplois mieux rémunérés, de meilleure qualité et prêts pour l’avenir sont possibles et profitent à la fois aux entreprises, aux travailleurs et aux économies.

Le Good Work Framework, un autre rapport publié lors de la réunion annuelle, proposait d’améliorer la qualité des emplois à travers cinq objectifs et buts associés : promouvoir un salaire équitable et la justice sociale ; offrir flexibilité et protection; assurer la santé et le bien-être; favoriser la diversité, l’équité et l’inclusion ; et favoriser l’employabilité et la culture d’apprentissage.

A lire aussi  Alors que la Reserve Bank of India relève son taux directeur, c'est maintenant au tour du gouvernement de freiner l'inflation

Ce rapport s’appuie sur les points de vue des employeurs, des syndicats et des experts et a été élaboré en collaboration avec Mercer.
Pour soutenir ce vaste programme et mobiliser les investissements nécessaires à l’échelle mondiale, la première réunion du Consortium pour l’emploi s’est également tenue lors de la réunion annuelle du Forum économique mondial à Davos. L’initiative comprend des PDG et des ministres qui défendent l’emploi productif, la croissance des emplois de demain, de nouvelles normes sur le lieu de travail et de meilleurs salaires pour tous.

Le WEF a également déclaré que les réfugiés sont un groupe particulièrement vulnérable, souvent exclus des marchés du travail des économies d’accueil.
On estime que plus de 6 millions de réfugiés ont quitté l’Ukraine depuis février 2022, s’ajoutant aux 31 millions de personnes estimées dans le monde, qui ont été déplacées de force à travers les frontières.

Alors que les entreprises se mobilisent pour aider les réfugiés à s’intégrer dans les communautés d’accueil et la main-d’œuvre, la communauté des directeurs des ressources humaines du WEF, composée de plus de 140 organisations, a lancé une initiative pour l’emploi et l’employabilité des réfugiés. L’initiative pilotera son travail en soutenant les opportunités d’apprentissage et d’emploi pour les réfugiés ukrainiens en Europe dans sa première phase et tirera les meilleures pratiques pour élaborer une méthodologie pour soutenir le soutien mondial des employeurs aux réfugiés à l’échelle du système. « Notre ambition est de mener l’action et nous savons que les réfugiés apportent un large éventail de compétences, d’expériences et de perspectives qui profitent aux sociétés et aux entreprises. Aider les gens à trouver du travail n’est pas seulement un effort humanitaire, c’est aussi bon pour les affaires », a déclaré Jesper Brodin, PDG d’Ingka Group.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.