Déblocage retardé des subventions alimentaires : FCI recourt à d’importants prêts à court terme

Economie

La Food Corporation of India (FCI) a recommencé à accepter des montants importants sous forme de prêts à court terme et d’avances sur les salaires et moyens auprès des banques pour financer ses opérations. La société a été relativement à l’aise avec la situation de trésorerie au cours de la dernière année, car le gouvernement a rapidement débloqué les montants des subventions alimentaires, après que la pratique des prêts NSSF pour le financement des subventions a été arrêtée dans le budget de l’exercice 22 pour des raisons de transparence des finances publiques.

La FCI recourt à nouveau aux prêts à court terme parce que la contrainte budgétaire a ralenti le déblocage des subventions à la FCI.

Des sources ont déclaré à FE que contre une demande d’environ Rs 85 000 crore pour les dépenses d’avril à mai 2022, FCI n’a reçu jusqu’à présent qu’environ Rs 25 000 crore. Pour combler l’écart, il a contracté des prêts à court terme d’environ Rs 25 000 crore, ont indiqué des sources. L’approvisionnement en blé a lieu principalement au cours de ces deux mois.

Le ministère des Finances a versé 10 000 crores de roupies comme salaire et avance de moyens à FCI, le reste est financé par des prêts à court terme.

FCI a pour mandat d’obtenir des prêts à court terme d’une durée de 90 jours auprès des banques prévues pour remédier aux asymétries de trésorerie. Ces prêts à court terme sont assortis d’un taux d’intérêt de l’ordre de 3,85 à 3,9 % par an.

Les avances sur salaires et ressources sont débloquées en cours d’année et remboursables sur la dotation de subvention de l’année vers la fin de l’exercice en cours.

Des sources officielles ont déclaré que dans les mois à venir, le gouvernement devrait fournir un financement adéquat à FCI, par lequel plus de 70% du budget de subventions alimentaires du gouvernement est acheminé.

En raison d’un énorme décalage entre l’augmentation des dépenses due à l’approvisionnement illimité en riz et en blé dans le cadre d’opérations de prix de soutien minimum (MSP) auprès des agriculteurs et le coût de stockage des stocks excédentaires, entre 2016-17 et 2020-21, le gouvernement lui avait fourni des fonds des prêts contractés auprès des National Small Savings Funds (NSSF) de 2016-17 à 2020-21 au lieu de subventions alimentaires.

A lire aussi  `` Lutte pour contenir le génie de l'inflation '': les experts disent que RBI pourrait augmenter les taux d'intérêt d'environ 50 points de base lors de la réunion du MPC

Cependant, la ministre des Finances Nirmala Sitharaman, dans son discours sur le budget pour 2021-22, avait annoncé mettre fin à la pratique des emprunts extrabudgétaires du prochain exercice en prévoyant des provisions de 3,35 billions de roupies pour le paiement des prêts NSSF.

Les prix d’émission centraux de Rs 3, Rs 2, Rs 1 pour un kg de riz, de blé et de céréales secondaires en vertu de la National Food Security Act (NFSA) n’ont pas été révisés depuis 2013. En revanche, le coût économique de FCI (MSP à agriculteurs, stockage, transport et autres coûts) de riz et de blé pour 2022-23 est de 36,70 Rs et 25,88 Rs par kg, respectivement.

FCI achète et distribue plus de 60 millions de tonnes (MT) de blé et de riz par an. La société gère l’approvisionnement, le stockage et le transport du riz et du blé vers les États pour la distribution, principalement pour la NFSA et d’autres programmes de protection sociale.

Pour 2022-2023, le gouvernement central a alloué 2,06 billions de roupies aux dépenses de subventions alimentaires, dont 1,45 billion de roupies ou 71% sont fournis à FCI. Cependant, suite à l’extension de Pradhan Mantri Garib Kalyan Anna Yojana, 0,8 billion de roupies supplémentaires seront dépensées au titre des subventions alimentaires.

Actuellement, FCI compte sur ses prêts de fonds de roulement au moyen d’obligations, d’avances sur voies et moyens et de prêts à court terme.

Plus de 800 millions de personnes reçoivent des céréales alimentaires de 5 kg par tête et par mois, fortement subventionnées, dans le cadre de la NFSA. Cela comprend environ 25 millions de ménages Antyodaya Anna Yojana, qui constituent les plus pauvres des pauvres. Ils ont droit à 35 kg par ménage et par mois à des prix subventionnés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.