Des restrictions sur les exportations de riz sont peu probables à ce stade

Economie

Le gouvernement n’a pas l’intention d’interdire ou de restreindre les exportations de riz à ce stade, compte tenu des stocks intérieurs excédentaires et des perspectives d’une production exceptionnelle de kharif, ont déclaré jeudi des responsables, étouffant les rumeurs selon lesquelles les expéditions de céréales pourraient être réduites.

Le gouvernement avait mis une interdiction sur les exportations de blé le 13 mai, au milieu des craintes d’une pénurie imminente sur les marchés intérieurs.

Les responsables ont déclaré que le stock actuel de riz de la Food Corporation of India (FCI) était presque trois fois supérieur à la norme tampon. En outre, avec l’attente de pluies de mousson « normales » cette année, la production de riz serait robuste au cours de la prochaine saison kharif. « Nous sommes optimistes quant aux exportations de riz de l’année en cours », a déclaré un responsable du ministère du Commerce à FE. Un autre responsable du ministère a déclaré qu’une interdiction des exportations de riz n’était pas envisagée.

L’Inde a exporté environ 20 millions de tonnes (MT) de riz d’une valeur record de 9,6 milliards de dollars vers plus de 150 pays en 2021-22. Il a été le plus grand exportateur mondial de riz au cours de la dernière décennie.

« Le riz n’est pas un article à considérer pour une interdiction ou des restrictions d’exportation à ce stade », a déclaré BV Krishna Rao, président de l’Association des exportateurs de riz.

Déclarant que l’Inde détient près de 50% du commerce mondial du riz, Rao a déclaré que toute restriction sur les exportations pourrait priver les parties vulnérables du globe de produits de base moins chers, en particulier l’Afrique. « Contrairement au blé, il n’y a pas d’inflation mondiale du riz qui puisse frapper l’Inde, car les prix mondiaux sont inférieurs aux prix de soutien minimaux », a-t-il déclaré.

Des sources commerciales ont indiqué qu’environ 2,5 à 3 tonnes de riz, comprenant des variétés basmati et non basmati, ont déjà été expédiées en avril et mai 2022-23.

A lire aussi  Le CAD se rétrécit sur le trimestre à 1,5 % au T4, vu plus large au T1

La FCI au 1er mai 2022 disposait d’un stock de riz de plus de 33 MT par rapport à la norme tampon de 13,54 MT pour le mois de juillet. Cependant, ce stock exclut près de 18 MT de riz qui n’ont pas encore été reçus des meuniers par FCI.

Selon le rapport sur les perspectives du riz du département américain de l’agriculture pour avril, le commerce mondial au cours de l’année civile 2022 devrait atteindre un record de 52,5 MT, dont les exportations de riz de l’Inde devraient être d’environ 21 MT tandis que le Vietnam expédiera environ 6 MT de riz.

Selon les données de la DGCIS, l’Inde a exporté du riz vers plus de 150 pays en 2021-22. « Cela indique la diversification des exportations de riz de l’Inde au fil des ans », a déclaré un responsable du ministère du Commerce.

L’Inde exporte du riz basmati aromatique et à grains longs vers l’Arabie saoudite, l’Iran et d’autres pays d’Asie occidentale en plus des États-Unis et de l’Union européenne.

Dans le cas de l’expédition de riz non basmati, le Bénin, pays d’Afrique de l’Ouest, est l’un des principaux importateurs de riz non basmati en provenance d’Inde. L’Inde exporte du riz non basmati vers le Népal, le Bangladesh, la Chine, la Côte d’Ivoire, le Togo, le Sénégal, la Guinée, le Vietnam, Djibouti, Madagascar, le Cameroun, la Somalie, la Malaisie, le Libéria, les Émirats arabes unis, etc.

Selon les troisièmes estimations préliminaires de la production de céréales vivrières pour la campagne agricole 2021-22 (juillet-juin), la production de riz est estimée à un record de 129,66 MT, soit une augmentation de 4 % par rapport à la campagne agricole 2020-21.

Plus de 80% de la production de riz de l’Inde est cultivée pendant la saison kharif. L’Inde est le deuxième producteur mondial de riz après la Chine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.