Dette extérieure en hausse de 8,2 % sur un an à 620,7 milliards de dollars au cours de l’exercice 22

Economie

La dette extérieure de l’Inde a augmenté de 8,2% pour atteindre 620,7 milliards de dollars fin mars 2022 par rapport à il y a un an, a annoncé jeudi la Reserve Bank of India. Cependant, le ratio de la dette extérieure au PIB est tombé à 19,9 % fin mars 2022 contre 21,2 % fin mars 2021.

Hors effet de valorisation dû à l’appréciation du dollar américain vis-à-vis de la roupie indienne et des principales devises, la dette extérieure de l’Inde aurait augmenté de 58,8 milliards de dollars au lieu de 47,1 milliards de dollars fin mars 2022 par rapport à fin mars 2021.

À fin mars 2022, la dette à long terme (dont l’échéance initiale est supérieure à un an) a été placée à 499,1 milliards de dollars, enregistrant une augmentation de 26,5 milliards de dollars par rapport à son niveau à fin mars 2021. La part de la dette à court terme (avec jusqu’à un an) de la dette extérieure totale est passé de 17,6 % à fin mars 2021 à 19,6 % à fin mars 2022. De même, le ratio de la dette à court terme (échéance initiale) aux réserves de change est passé à 20 % à fin mars 2022 (17,5 % à fin mars 2021).

La dette à court terme sur la base de l’échéance résiduelle constituait 43,1 % de la dette extérieure totale à fin mars 2022 (44,1 % à fin mars 2021) et s’élevait à 44,1 % des réserves de change (43,8 % à fin mars 2021).

La dette libellée en dollars américains est restée la principale composante de la dette extérieure de l’Inde, avec une part de 53,2 % à fin mars 2022, suivie par la dette libellée en roupie indienne (31,2 %), en DTS (6,6 %), en yen (5,4 %) et en l’euro (2,9 %).

A lire aussi  L'économie prend de l'ampleur: le nettoyage de la TPS dépasse 1,4 billion de roupies en mai également

L’encours de la dette des secteurs gouvernemental et non gouvernemental a augmenté en 2021-22. La part de l’encours de la dette des sociétés non financières dans la dette extérieure totale était la plus élevée à 40,3 %, suivie par les sociétés de dépôt à 25,6 % (à l’exception de la banque centrale), les administrations publiques (21,1 %) et les autres sociétés financières (8,6 %). ).

Les prêts sont restés la principale composante de la dette extérieure, avec une part de 33 %, suivis du numéraire et des dépôts (22,7 %), des crédits commerciaux et des avances (19 %) et des titres de créance (17,1 %).

Le service de la dette (c’est-à-dire les remboursements du principal et les paiements d’intérêts) a diminué à 5,2 % des recettes courantes à fin mars 2022, contre 8,2 % à fin mars 2021, reflétant une baisse des remboursements et une hausse des recettes courantes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.