La croissance économique pourrait avoir ralenti à 3,5 pc au T4 EF22 : rapport

Economie

La croissance économique pourrait avoir ralenti à 3,5 % au quatrième trimestre de 2021-2022, contre 5,4 % au cours de la période de trois mois précédente en raison de l’impact de la hausse des prix des matières premières sur les marges, de la baisse des rendements du blé et sur une base plus élevée, Icra Ratings dit lundi.

L’agence a déclaré que le contretemps de la reprise des services à forte intensité de contact attribuable à la troisième vague de Covid-19 dans le pays pourrait également avoir affecté la croissance économique au cours du trimestre. Même la valeur ajoutée brute (VAB) aux prix de base (aux prix constants de 2011-12) au quatrième trimestre de l’exercice 2022 semble avoir diminué à 2,7 % contre 4,7 % au troisième trimestre de l’exercice 2022, a-t-il déclaré. L’Office national des statistiques (ONS) publiera les chiffres du quatrième trimestre de l’exercice 2022 le 31 mai.

L’économiste en chef d’Icra, Aditi Nayar, a déclaré que le quatrième trimestre avait été un trimestre difficile, avec la troisième vague de Covid-19 alimentée par Omicron qui a stoppé l’élan des services à forte intensité de contacts et une pression omniprésente sur les marges due à la hausse des prix des matières premières.
De plus, la canicule a eu un impact négatif sur la production de blé en mars 2022.

« Nous craignons que l’agriculture et l’industrie n’affichent une croissance de la VAB inférieure à 1% au quatrième trimestre de l’exercice 2022, alors que la croissance des services s’établira à environ 5,4% », a déclaré Nayar.

L’agence a en outre déclaré que la récente réduction des droits d’accise sur l’essence et le diesel contribuera à stimuler les sentiments et à améliorer les revenus disponibles des consommateurs, tout en refroidissant simultanément l’inflation de l’IPC.

A lire aussi  Recettes fiscales dynamiques pour minimiser les emprunts supplémentaires au cours de l'exercice 23 : analystes

La semaine dernière, le gouvernement avait réduit les droits d’accise sur l’essence d’un record de 8 roupies par litre et ceux sur le diesel de 6 roupies par litre pour soulager les consommateurs aux prises avec les prix élevés du carburant, ce qui a également poussé l’inflation à un sommet pluriannuel. L’inflation des prix de détail, mesurée par l’inflation basée sur les prix à la consommation (IPC), s’est accélérée pour atteindre un sommet en huit ans de 7,79 % en avril.

« Nous sommes enthousiasmés par la récente réduction des droits d’accise sur l’essence et le diesel, qui a été complétée par des réductions de la TVA par certains États. Cela renforcera le sentiment et créera un coussin dans les budgets des ménages tendus pour entreprendre des dépenses non essentielles », a déclaré Nayar. L’Icra prévoit une inflation moyenne de l’IPC pour l’exercice 2023 à 6,5 %, prévoyant une hausse du taux de prise en pension de 40 points de base lors de l’examen de la politique monétaire de juin 2022, avec un taux terminal de 5,5 %.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.