La France enquête sur la centrale nucléaire d’EDF pour une plainte de sécurité

Business

PARIS — Les procureurs français enquêtent sur la divulgation de problèmes de sécurité dans une centrale nucléaire gérée par EDF SA,

FED 6,32 %

le dernier revers pour le géant de l’électricité alors que l’Europe est aux prises avec des prix élevés de l’énergie à la suite de l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Le parquet de Marseille a ouvert l’enquête le mois dernier, à la suite d’une plainte d’un ancien haut responsable de la centrale du Tricastin, située dans le sud de la France, selon le parquet. La plainte alléguait que l’usine avait pour politique de dissimuler les incidents de sécurité. Les procureurs enquêtent pour savoir si la centrale a mis en danger des personnes ou a violé la réglementation nucléaire et les lois environnementales, a indiqué le bureau.

En France, une telle enquête peut prendre des mois ou des années et déboucher éventuellement sur des poursuites pénales contre l’entreprise ou des individus. Les procureurs pourraient également abandonner l’enquête faute de preuves.

EDF a déclaré qu’il était au courant de l’enquête et qu’il aiderait les autorités à « faire toute la lumière nécessaire sur les faits allégués et ainsi montrer la vérité ».

Les avocats de la personne qui a déposé la plainte n’ont pas immédiatement répondu à une demande de commentaire. Le journal français Le Monde a d’abord signalé l’existence de l’enquête.

La centrale nucléaire du Tricastin exploitée par EDF, à Saint-Paul-Trois-Châteaux, France.


Photo:

Théo Giacometti/Bloomberg News

Les déboires nucléaires d’EDF alimentent les attentes des investisseurs selon lesquelles le gouvernement, qui détient déjà 84 % de l’entreprise, finira par la nationaliser. Le président français Emmanuel Macron a déjà déclaré en mars que le gouvernement devrait envisager de racheter au moins certaines parties de l’entreprise, dans le cadre d’une refonte plus large de la compagnie d’électricité.

Les actions d’EDF ont bondi de plus de 6% jeudi après que le quotidien économique Les Echos a publié un rapport indiquant que Paris voulait aller de l’avant avec le plan. La société a refusé de commenter le sujet.

L’enquête et la nationalisation potentielle surviennent alors que l’invasion de l’Ukraine par la Russie a provoqué une flambée des prix de l’énergie et révélé les limites du parc vieillissant de réacteurs nucléaires français. La corrosion des soudures des systèmes de refroidissement des réacteurs français a déjà contraint EDF à fermer une grande partie du parc national de 56 réacteurs nucléaires à partir de mai. Cela a contribué à faire baisser la production d’énergie nucléaire de la France de 26 % au cours du mois par rapport à l’année précédente, forçant le pays à dépendre davantage de l’électricité au gaz.

Les responsables et les dirigeants se bousculent pour résoudre le problème avant l’hiver, alors que la France compte sur sa capacité nucléaire pour aider à réduire la dépendance de l’Europe au gaz naturel russe. Le chef de l’Autorité de sûreté nucléaire française a déclaré en mai que le problème pourrait être lié aux modifications apportées par la France aux réacteurs par rapport à la conception originale de la société américaine Westinghouse Inc.

Par ailleurs, dimanche et lundi, une autre centrale électrique près de Lyon a dû réduire sa production en raison des faibles niveaux d’eau du Rhône, que la centrale utilise pour le refroidissement, a déclaré EDF. Certaines parties de la France souffrent de sécheresse en partie à cause des faibles précipitations de ce printemps.

La France produit une grande majorité de son électricité à partir de l’énergie nucléaire. Mais les prix de l’électricité en France sont toujours fortement influencés par le prix du gaz, qui alimente les centrales électriques qui démarrent ou s’arrêtent en fonction des fluctuations de la demande, ce qui entraîne des flambées des prix de gros.

EDF a été contraint d’avaler l’essentiel des hausses de prix pour protéger les consommateurs. Cela l’a poussé à lever des capitaux en vendant plus d’actions, ce qui est également largement financé par le gouvernement français.

La pression sur les prix de l’énergie est venue pendant la saison électorale en France. M. Macron a été réélu le mois dernier face à sa principale adversaire, la dirigeante d’extrême droite Marine Le Pen, qui a réduit son écart avec M. Macron en se concentrant sur les problèmes de portefeuille à une époque de hausse de l’inflation.

Maintenant, le parti de M. Macron fait face à une lutte acharnée pour conserver sa majorité absolue au Parlement français lors des élections qui doivent commencer dimanche. Les sondages montrent un soutien à une coalition de gauche dirigée par le leader d’extrême gauche Jean-Luc Mélenchon, qui a appelé au gel de certains prix, y compris sur l’énergie.

Écrire à Sam Schechner à sam.schechner@wsj.com

Copyright ©2022 Dow Jones & Company, Inc. Tous droits réservés. 87990cbe856818d5eddac44c7b1cdeb8

A lire aussi  L'UE propose jusqu'à 9,5 milliards de dollars de financement à court terme pour l'Ukraine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.