La moitié des centrales au charbon réduiront leur production sur quatre ans (ministère de l’Énergie)

Economie

Le ministère de l’Énergie a annoncé que la production d’électricité d’au moins 81 services publics au charbon sera réduite au cours des quatre prochaines années. Cela est conforme à l’engagement du pays de réduire les émissions de carbone de 1 milliard de tonnes et de réduire l’intensité carbone de l’économie de 45 % d’ici 2030.

« Les centrales thermiques à l’avenir fonctionneront jusqu’au minimum technique pour accueillir une énergie renouvelable moins chère lorsqu’elle sera disponible », a déclaré le ministère dans une lettre aux hauts responsables des départements de l’électricité du centre et de l’État datée du 26 mai.

Le plan vise à maximiser le potentiel d’énergie verte et à réduire les coûts, a déclaré le ministère, mais a déclaré qu’il n’impliquerait pas la fermeture de centrales électriques anciennes et coûteuses. L’Inde compte 173 centrales au charbon.

Cette décision fait suite à la décision de la NTPC, gérée par l’État, de mettre en avant les plans d’expansion des capacités au charbon et d’augmenter les importations de charbon à court terme, compte tenu de l’inadéquation croissante de l’offre et de la demande dans le secteur. Un responsable de la NTPC a récemment déclaré aux journalistes que la société attribuerait bientôt un contrat pour une unité au charbon de 2 X 660 mégawatts à sa station Talcher à Odisha. Il a également déclaré que NPTC pourrait revenir sur une décision antérieure visant à ralentir l’expansion de la capacité des super centrales électriques de Lara dans le Chhattisgarh et de Singrauli dans l’Uttar Pradesh.

Le Premier ministre Narendra Modi avait annoncé lors de la réunion sur le climat COP26 à Glasgow en novembre dernier que d’ici 2030, l’Inde augmentera sa capacité de production d’électricité à partir de combustibles non fossiles à 500 GW et produira 50 % de son électricité à partir de sources renouvelables.

Fitch Solutions avait déclaré dans une note que «l’Inde doit modifier considérablement sa trajectoire actuelle, si elle veut tenir ses engagements. Sur la base de l’état actuel des choses, le pays sera loin d’atteindre ses objectifs climatiques ».

A lire aussi  Groupe de ministres pour augmenter la TPS sur les jeux en ligne à 28%

« En 2020, le charbon, le pétrole et le gaz naturel représentaient respectivement 55 %, 28 % et 7 % du mix énergétique primaire. D’ici 2030, nous estimons qu’ils représenteront respectivement 45%, 33% et 8% », avait indiqué la note.

Conformément à l’engagement multilatéral de l’Inde de réduire l’intensité carbone de son économie, NTPC avait précédemment annoncé des mesures pour rendre verte près de la moitié de son portefeuille énergétique en 10 ans, contre un peu plus de 4 % actuellement, en augmentant les capacités solaires et éoliennes. Pendant la mise en œuvre de ce plan, les capacités à base de charbon continueront d’être renforcées.

Malgré la montée en flèche des prix du carburant sur les marchés mondiaux, le Centre a récemment demandé aux centrales thermiques d’en importer davantage pour avoir un mélange de carburant avec 10 % de charbon importé. Cependant, le respect de cette directive a été inégal entre les États et les producteurs d’électricité.

Dans le même temps, le ministère a également demandé à la société minière d’État Coal India d’importer le carburant destiné aux services publics, car les pénuries de carburant augmentaient les risques de pannes de courant. « Coal India importerait du charbon pour le mélanger sur une base de gouvernement à gouvernement (G2G) et fournirait … aux centrales thermiques des producteurs d’État et des producteurs d’électricité indépendants », a déclaré le ministère.

Récemment, le ministère de l’Énergie a également demandé aux États de suspendre les appels d’offres « en cours ». « Les appels d’offres en cours de traitement par les producteurs d’État et les IPP pour l’importation de charbon pour le mélange peuvent être suspendus en attendant la découverte des prix par Coal India via la route G2G, afin de se procurer du charbon au moins aux tarifs possibles », a-t-il déclaré.

Les stocks de charbon dans les centrales électriques ont diminué d’environ 13 % depuis avril pour atteindre les niveaux d’avant l’été les plus bas depuis des années.

(Avec des contributions de Reuters)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.