« L’accord commercial ne couvre que 2% des importations de vin d’Australie »

Economie

Selon un rapport de l’ICRIER, environ 2 % seulement des importations indiennes de vin en provenance d’Australie sont couvertes par les seuils de prix prescrits pour les concessions tarifaires dans le cadre de l’accord commercial intérimaire que les deux parties ont signé en avril. De plus, les importations de vin en vrac en provenance d’Australie ne sont pas éligibles aux avantages tarifaires prévus par l’accord.

L’Inde s’est engagée à réduire progressivement les droits de douane sur le vin australien de 150 % à 50 % sur 10 ans pour les bouteilles d’une valeur supérieure à 5 $. De même, il réduira les droits à 25 % sur 10 ans pour les bouteilles d’une valeur supérieure à 15 $. Il est proposé d’indexer le prix minimum à l’importation tous les 10 ans, sur la base de l’indice indien des prix de gros du vin.

Cela signifie que l’Inde a pris soin de protéger les intérêts de ses producteurs nationaux. Dans le même temps, il a accordé à l’Australie le soulagement qu’aucun autre pays n’a reçu jusqu’à présent. Cependant, les consommateurs indiens continueront à payer plus pour la plupart des bouteilles de vin australien.

New Delhi a accepté d’inclure les vins pour la première fois dans l’un de ses accords commerciaux lorsqu’elle a signé l’accord de coopération économique et commerciale entre l’Inde et l’Australie (ECTA).

Le rapport, Libéralisation du commerce du vin dans le cadre du CECA Inde-Australie, est rédigé par Arpita Mukherjee, professeur à l’ICRIER et expert reconnu des accords commerciaux, et chercheur Drishti Vishwanath.

L’Australie est le deuxième exportateur de vin vers l’Inde, après la France, mais les importations totales de vin du pays ne s’élèvent encore qu’à quelques millions de dollars, principalement en raison de la prévalence des droits de douane élevés.

A lire aussi  L'huile comestible et les légumes stimulent l'inflation alimentaire

Le rapport suggère qu’à moins que les importations de vin en vrac ne soient pas libéralisées et que seuls les produits finis soient autorisés à des droits préférentiels, cela conduira à une structure de droits inversée. De plus, autoriser les importations en vrac à des droits préférentiels entraînera potentiellement une plus grande valeur ajoutée en Inde.

Selon le rapport, environ 40 entreprises australiennes exportent des vins vers l’Inde. Il s’agit notamment de marques telles que Jacob’s Creek, De Bortoli, Penfolds et Westend Estate. Des entreprises indiennes telles que Sula Vineyards et Grover Zampa Vineyards étendent leur présence sur le marché dans des pays comme le Royaume-Uni, les États-Unis et le Japon et ont récemment commencé à exploiter l’Australie comme un marché viable pour les exportations.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.