Le conseil de la TPS se réunira en juin, peut ignorer le remaniement des taux

Economie

Le Conseil de la taxe sur les produits et services (TPS) se réunira probablement dans la seconde quinzaine de juin, au milieu d’un nouveau débat sur la manière dont les pouvoirs de taxation sont partagés entre le Centre et les États.

La Cour suprême a récemment statué que les recommandations du conseil ne sont pas contraignantes pour le gouvernement de l’Union et les États, mais ont une valeur persuasive car le pays a une structure fédérale coopérative.

Le conseil délibérera sur la manière dont les problèmes de revenus de certains États seront traités après la fin d’une période de compensation des revenus de cinq ans le 30 juin. Selon des sources, la proposition de rationalisation complète des taux pourrait ne pas être reprise lors de la prochaine réunion du conseil. , étant donné qu’il a le potentiel d’augmenter les prix de plusieurs produits à la fois l’inflation est élevée et collante.

Même les gouvernements des États ne sont pas favorables à l’idée de hausses de taux à ce stade, étant donné les pressions généralisées sur les prix dans l’économie. De plus, un rapport d’un groupe de ministres, dirigé par le ministre en chef du Karnataka Basavaraj Bommai, à cet effet n’a pas encore été soumis.

Dans le cadre du mécanisme de compensation de la TPS, qui est garanti par la Constitution, les gouvernements des États sont assurés d’une croissance annuelle des revenus de 14 % pendant les cinq premières années après le lancement de la taxe en juillet 2017.

Alors qu’une restructuration très attendue des dalles de la TPS pour augmenter le taux de neutralité fiscale (RNR), d’un peu plus de 11% maintenant à 15,5% pourrait commencer modestement cette année dans les zones non sujettes à l’inflation, le Conseil de la TPS va envisagent probablement d’appliquer les recommandations d’un comité ministériel sur l’analyse des données pour renforcer la conformité et l’examen des déclarations de TPS afin d’augmenter les revenus en colmatant les fuites.

« Il existe un énorme potentiel d’augmentation des revenus grâce à l’examen minutieux des retours », a déclaré un haut responsable.

A lire aussi  Nirmala Sitharaman lancera le tableau de bord de l'agence nodale unique le 7 juin

Le Conseil central des impôts indirects et des douanes (CBIC) examine actuellement environ 35 000 GSTIN (attribués à des entités commerciales) pour 2017-2018 (première année de déploiement de la TPS) afin de vérifier la cohérence des déclarations déposées par les entreprises en ce qui concerne les intrants, la production les fournitures, les crédits de taxe sur les intrants et les paiements de taxes. « Le prochain lot de GSTINS sera sélectionné par analyse de données dans deux mois pour 2018-19 pour examen », a déclaré le responsable.

Partout où le CBIC constate une lacune en matière de conformité, il en fera part aux contribuables. Les paiements d’impôt sur le revenu par ces entreprises seront également comptabilisés en fin de compte.

Signe d’une augmentation de la conformité, en avril 2022, 10,6 millions de déclarations de TPS dans GSTR-3B (une déclaration de TPS récapitulative autodéclarée déposée chaque mois) ont été déposées, contre 9,2 millions de déclarations déposées en avril 2021.

Le pourcentage de dépôt pour GSTR-1 (une déclaration mensuelle ou trimestrielle qui devrait être déposée par chaque contribuable inscrit à la TPS) en avril 2022 était de 83,11 % contre 73,9 % en avril 2021.

Pendant ce temps, un autre GoM dirigé par le ministre en chef de Meghalaya, Conrad Sangma, a recommandé d’augmenter la TPS sur les jeux en ligne de 18% à 28% pour amener le taux d’imposition des jeux d’adresse au même niveau que les jeux de hasard impliquant des jeux de hasard et des paris, ont indiqué des sources. Le conseil examinera la proposition lors de sa prochaine réunion.

Le conseil envisagera également probablement de prélever la TPS sur les entités qui fournissent une plate-forme minière pour les actifs de crypto-monnaie et celles qui utilisent des actifs numériques virtuels comme moyen d’échange dans les achats. Actuellement, la TPS de 18 % est prélevée uniquement sur les services fournis par les échanges cryptographiques et est classée dans la catégorie des services financiers.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.