Le forum économique de la Russie sera beaucoup plus petit mais va de l’avant

Economie

Les organisateurs du rassemblement phare de l’investissement en Russie disent aux participants étrangers de s’assurer d’apporter de l’argent – pas nécessairement pour faire des investissements, mais pour dépenser de l’argent.

Avec la Russie sous de larges sanctions après avoir envoyé des troupes en Ukraine, la plupart des cartes bancaires étrangères ne fonctionnent pas dans le pays. Le conseil aux participants du Forum économique international de Saint-Pétersbourg, qui commence mercredi et se poursuit jusqu’à samedi, est une reconnaissance discrète des difficultés économiques auxquelles la Russie est confrontée alors qu’elle tente de se promouvoir auprès des entreprises internationales.

La liste de présence est un autre signe des perspectives économiques incertaines de la Russie. Début juin, environ 2 700 représentants d’entreprises de 90 pays étaient attendus – bien en deçà des 13 500 participants de 140 pays signalés l’année dernière.

Les organisateurs n’ont pas fourni de liste des entreprises étrangères présentes, mais le programme des plus de 100 tables rondes a montré peu d’orateurs de l’extérieur de la Russie. Certains venaient de Chine, et le ministre du Commerce des Emirats Arabes Unis est prévu.

Le forum, souvent qualifié d’analogue russe du Forum économique mondial de Davos, en Suisse, vise à dépeindre le pays comme ordonné et plein d’opportunités attrayantes pour les investisseurs intelligents et aventureux. Le programme de cette année porte le thème dans une mesure trop optimiste pour les circonstances difficiles de la Russie.

Plusieurs sessions se concentrent sur le développement du potentiel touristique de la Russie, malgré la difficulté des étrangers même à se rendre dans le pays au milieu des interdictions de vol imposées par les pays occidentaux. Une autre session proclame la Russie comme « la terre des opportunités », mais son introduction se plaint que « la politique d’abolition de la culture russe » à l’étranger, la fermeture des frontières et l’interruption des services bancaires rendent difficile le choix de la Russie comme lieu d’études ou de travail ». Moins de quatre mois après l’imposition de sanctions de grande envergure et le retrait de centaines d’entreprises étrangères de Russie, l’effet complet sur l’économie russe n’est pas clair.

A lire aussi  Améliorer le professionnalisme, réduire les dépenses, dit Nirmala Sitharaman aux PSE

Les devantures de magasins fermées donnent aux centres commerciaux de Moscou une atmosphère inquiétante, mais les responsables affirment que les entrepreneurs russes peuvent intervenir pour relancer l’économie de consommation – comme l’a montré ce week-end lorsqu’un magnat russe a ouvert le premier des restaurants qu’il a achetés à McDonald’s.

Le rouble, après avoir perdu la moitié de sa valeur au début du conflit ukrainien, s’est renforcé à des niveaux jamais vus depuis plusieurs années après que la Russie a imposé des mesures financières strictes comme le contrôle des capitaux, une image encourageante pour les Russes mais peut-être un problème à long terme pour les exportations. plus cher.

L’une des sessions les plus suivies du forum sera probablement le panel de jeudi sur les perspectives économiques de la Russie avec des poids lourds comme le ministre des Finances Anton Siluanov et Elvira Nabiullina, chef de la banque centrale russe.

Nabiullina a jusqu’à présent donné des évaluations ambiguës, déclarant récemment que « les effets des sanctions sont moins aigus que nous ne le craignions… mais il est prématuré de dire que le plein effet des sanctions s’est manifesté ». L’un des événements les plus populaires du forum n’aura pas lieu : la séance de questions-réponses du président Vladimir Poutine avec les dirigeants des principaux organes de presse internationaux. Au lieu de cela, il rencontrera les chefs des médias russes et les « journalistes de première ligne » de l’opération militaire russe en Ukraine, selon le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

Denis Pushilin, chef de la République populaire séparatiste ukrainienne de Donetsk, a annoncé qu’il prévoyait de participer au forum. Un représentant des talibans est également attendu, bien que la Russie désigne formellement les talibans comme groupe terroriste.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.