Le gouvernement assouplit les dépenses des ministres pour augmenter les dépenses publiques

Economie

Pour maintenir l’élan des dépenses publiques, le ministère des Finances a autorisé tous les ministères à utiliser la partie non dépensée des fonds qui leur ont été débloqués au cours d’un trimestre au cours du trimestre suivant.

La flexibilité peut être exercée par les ministères et les départements au cours du premier trimestre d’un exercice financier après avoir informé la division du budget du ministère des Finances. Cependant, les soldes non dépensés des deuxième et troisième trimestres ne peuvent être utilisés respectivement aux troisième et quatrième trimestres qu’avec « l’approbation formelle et préalable du secrétaire aux dépenses », a indiqué le ministère des Finances dans un mémorandum du bureau.

« Le ministère/département ne doit en aucun cas présumer l’approbation préalable du secrétaire aux dépenses. Cela doit être formellement obtenu avant d’utiliser les soldes non dépensés. Demander une approbation post facto n’est pas une option », selon le mémorandum daté du 25 mai 2022.

Habituellement, les ministères et départements sont autorisés à dépenser 25% de leur budget chaque trimestre. Pas plus de 33 % et 15 % des dépenses des prévisions budgétaires au cours d’un exercice financier ne seraient autorisées au cours du dernier trimestre et du dernier mois de l’exercice financier, respectivement.

Les dépenses en capital prenant souvent plus de temps que prévu, l’assouplissement de l’utilisation des montants non dépensés au cours d’un trimestre aidera les départements à exécuter des projets sans craindre de perdre le budget approuvé.

Le Centre a relevé l’objectif de dépenses en capital de 35,4 % sur un an à 7 500 milliards de roupies pour l’exercice 23 afin de poursuivre la reprise économique axée sur les investissements publics de l’économie en proie à la pandémie. L’année dernière, le capex était de Rs 5,5 billions.

A lire aussi  Shanghai sort du verrouillage mais la Chine est toujours perdue dans la morosité économique

Le ministère des Finances a également conseillé à tous les conseillers financiers de s’assurer qu’un plan de dépenses mensuel ou un plan de dépenses trimestriel (MEP/QEP) retraçant les sanctions et les dépenses simultanées par rapport aux dispositions budgétaires sont disponibles.

Au sein du MEP / QEP, il a conseillé aux ministères de chronométrer les dépenses en gros de plus de Rs 2 000 crore aux collectes mensuelles de TPS et aux paiements anticipés d’impôts trimestriels pour une gestion de trésorerie fluide.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.