Le gouvernement assouplit les normes pour les ministères dans le but de pousser les dépenses publiques

Economie

Dans le but d’augmenter les dépenses publiques, le gouvernement a assoupli les normes selon lesquelles les ministères et les départements doivent utiliser les montants non dépensés au cours du trimestre suivant du même exercice.

Selon un mémorandum publié par la Division du budget de le ministère des Finances.

Les soldes non dépensés des QEP-2 et QEP-3 ne peuvent être utilisés respectivement dans les QEP-3 et QEP-4 qu’après l’obtention de l’approbation formelle et préalable du secrétaire aux dépenses, a-t-il ajouté.

« Le ministère/département ne doit en aucun cas présumer l’approbation préalable du secrétaire aux dépenses. Cela doit être formellement obtenu avant d’utiliser les soldes non dépensés. Demander une approbation post facto n’est pas une option », selon le mémorandum daté du 25 mai 2022.

Pas plus de 33 pour cent et 15 pour cent des dépenses des prévisions budgétaires au cours d’un exercice financier ne seraient autorisées au cours du dernier trimestre et du dernier mois de l’exercice financier, respectivement.

Il a également conseillé à tous les conseillers financiers de s’assurer que le plan de dépenses mensuel ou le suivi du plan de dépenses trimestriel (MEP/QEP) des sanctions et des dépenses simultanées par rapport aux provisions budgétaires sont disponibles.

Le gouvernement a mis l’accent sur les dépenses en capital pour stimuler la croissance touchée par la pandémie. On s’attend à ce que l’augmentation des dépenses publiques attire les investissements privés.

Le ministre des Finances, Nirmala Sitharaman, a augmenté les dépenses en capital (capex) de 35,4% pour l’exercice 2022-23 à Rs 7,5 lakh crore pour poursuivre la reprise de l’économie en proie à la pandémie grâce à l’investissement public. L’année dernière, le capex était de Rs 5,5 lakh crore.

A lire aussi  Fitch rétrograde le Sri Lanka en "défaut restrictif"

Les dépenses consacrées à la construction de parcs logistiques multimodaux, de systèmes de métro, d’autoroutes et de trains devraient créer une demande pour le secteur privé, car tous les projets doivent être mis en œuvre par des entrepreneurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.