Le gouvernement réfléchit à un indice pour évaluer les coûts logistiques

Economie

Alors qu’il élabore une politique logistique nationale, le ministère du Commerce et de l’Industrie étudie une proposition de déploiement d’un indice pour évaluer les coûts logistiques du pays. Cette décision revêt une importance, car il n’y a pas eu d’estimation officielle des coûts logistiques en Inde, et l’un des principaux objectifs de la nouvelle politique est de réduire ces coûts, qui ont longtemps été accusés d’éroder la compétitivité des exportations du pays.

« Nous envisageons activement d’élaborer un cadre pour l’évaluation des coûts logistiques et également la possibilité d’avoir un indice, qui peut nous aider à déterminer et/ou à surveiller les coûts logistiques à tout moment », a déclaré un haut responsable. FE.Certaines agences privées ont fixé les coûts logistiques de l’Inde à 13-14% de son produit intérieur brut (PIB).Mais certains experts ont soulevé des questions sur la méthodologie utilisée par les parties privées pour arriver à ces coûts, compte tenu de la nature fragmentée et de la la dynamique complexe du secteur de la logistique et les modèles tarifaires opaques adoptés par les acteurs concernés. Cependant, pour ces mêmes raisons, l’estimation des coûts logistiques réels justifiera un exercice élaboré.

La nouvelle politique fixera probablement un objectif ambitieux de réduction des coûts jusqu’à cinq points de pourcentage au cours des cinq prochaines années. Encouragés par le Centre et reconnaissant l’importance croissante de maintenir les coûts logistiques à des niveaux raisonnables, huit États ont adopté leurs propres politiques logistiques. Ces États sont le Gujarat, l’Uttar Pradesh, l’Haryana, l’Assam, le Telangana, le Kerala, le Bihar et le Chhattisgarh, ont indiqué des sources officielles. D’autres États emboîtent le pas.

Un précédent projet de politique nationale de la logistique, raffermi en 2019, visait à réduire ces coûts à 9-10% du PIB mais le ministère avait alors signalé l’absence d’indicateur officiel de la logistique. Le secteur de la logistique en Inde reste très complexe, avec la participation de plus de 20 agences gouvernementales relevant de divers ministères, 40 agences gouvernementales partenaires et 37 conseils de promotion des exportations. Ils traitent 500 certifications couvrant 10 000 produits.

A lire aussi  L'effet de base amènera le PIB à enregistrer une croissance à deux chiffres au T1

L’impulsion renouvelée à la réduction des coûts logistiques est intervenue après que le gouvernement a créé la nouvelle division de la logistique au sein du département du commerce pour élaborer et coordonner la mise en œuvre d’un plan d’action pour le développement intégré du secteur de la logistique, par le biais de changements de politique, d’amélioration des procédures existantes, identification des goulots d’étranglement et des lacunes et introduction de la technologie dans ce secteur.

Selon un rapport HSBC de 2016, les goulots d’étranglement intérieurs, notamment les coûts logistiques élevés, ont représenté la moitié du ralentissement des exportations du pays. L’étude économique pour 2017-18 avait estimé qu’une réduction de 10 % des coûts logistiques indirects pourrait entraîner une croissance des exportations de 5 à 8 %.

L’Inde a amélioré son classement dans l’indice de performance logistique (LPI) de la Banque mondiale de 54 en 2014 à 44 en 2018. Cependant, elle est à la traîne de pays comme Singapour (rang 7), la Corée du Sud (25), la Chine (26), Taïwan (27) , Thaïlande (32) et Afrique du Sud (33). De plus, bien qu’il ait obtenu des résultats relativement bons en matière de « suivi et traçabilité » et de « rapidité », ses scores sur les paramètres « douanes », « infrastructure » ​​et « compétence logistique » du LPI étaient inférieurs à son score global de LPI en 2018.

Un responsable des douanes a déclaré que plusieurs initiatives avaient depuis été prises pour améliorer les performances, ce qui se refléterait dans le classement futur. Le marché de la logistique routière du pays devrait à lui seul croître à un taux de croissance annuel composé de 8 % pour atteindre 330 milliards de dollars d’ici 2025, tiré par facteurs, y compris un secteur du commerce électronique en croissance rapide et un marché des ventes au détail en croissance, selon une étude réalisée par une branche de la société de conseil RedSeer.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.