Le gouvernement surveille de près les exportations de farine de blé: secrétaire à l’alimentation

Economie

Le gouvernement surveille de près les exportations de farine de blé qui ont connu une forte augmentation depuis l’annonce de l’interdiction des expéditions de blé le 13 mai, a déclaré mercredi Sudhanshu Pandey, secrétaire du ministère de l’Alimentation et de la Distribution publique.

« Les exportations de farine de blé sont élevées, si vous comparez avec les mois précédents », a déclaré Pandey. Il a déclaré que le gouvernement surveillait les prix intérieurs du blé et de la farine. Selon le ministère de l’alimentation, 250 000 tonnes de farine de blé ont été exportées depuis le 1er avril 2022.

Des sources commerciales ont indiqué que les exportations mensuelles de farine de blé à cette époque de l’année étaient d’environ 7 000 à 8 000 tonnes. Cependant, les exportations ont augmenté pour atteindre environ 100 000 tonnes depuis l’imposition de l’interdiction d’exporter du blé. Le Sri Lanka, le Bangladesh et le Népal sont quelques-uns des pays vers lesquels la farine de blé est principalement exportée.

En valeur, les exportations de farine de blé ou de méteil ont bondi de 64 % au dernier exercice par rapport à l’année précédente pour atteindre 247 millions de dollars, selon les données de la DGCIS.

Au cours de l’exercice en cours jusqu’à présent, l’Inde a exporté près de 3 millions de tonnes (MT) de blé. L’Inde a expédié un record de 7 MT de blé d’une valeur de 2 milliards de dollars au cours de l’EX22, contre seulement 2,1 MT d’une valeur de 0,55 milliard de dollars au cours de l’EX21.

En plus d’autoriser les exportations qui étaient déjà garanties par des lettres de crédit, l’Inde discute de propositions ou de demandes de plusieurs pays pour l’exportation de blé. Ces expéditions seraient destinées à répondre au véritable besoin de sécurité alimentaire par le biais de routes de gouvernement à gouvernement (G2G).

A lire aussi  Resserrement de la politique pour faire pression sur les chiffres budgétaires, déficit vu à 6,7 % au cours de l'exercice 23 : rapport

Des sources ont indiqué que plusieurs pays tels que le Bangladesh, l’Indonésie, les Émirats arabes unis, la Corée du Sud, Oman et le Yémen ont approché l’Inde pour importer du blé dans le cadre d’accords bilatéraux entre gouvernements.

Comme la production de blé a diminué à la suite de la vague de chaleur de mars, le gouvernement a dû freiner les exportations pour améliorer l’offre intérieure. Le ministère de l’Agriculture a révisé la production de blé pour la campagne agricole 2021-22 (juillet-juin) à 106 MT par rapport à son estimation de février de 111 MT.

Après l’imposition de l’interdiction d’exportation, Food Corporation of India a de nouveau tenté de se procurer du blé et n’a pu en obtenir que 800 000, car les agriculteurs avaient déjà vendu leurs produits. La campagne d’approvisionnement en blé de FCI pour l’année en cours a chuté de plus de 54% à 18,8 MT jusqu’à mercredi par rapport au niveau de l’année précédente.

Pendant ce temps, le ministère de l’Alimentation, dans un communiqué, a déclaré que les prix de gros et les prix de détail du vanaspati, de l’huile de soja, de l’huile de tournesol et de la palmoléine RBD ont diminué au cours de la semaine.

« Avec les prix des huiles comestibles qui commencent à montrer une tendance à la baisse et qui devraient encore baisser, les consommateurs indiens peuvent s’attendre à payer moins cher pour leurs huiles comestibles. La chute des prix des huiles alimentaires contribuera également à calmer l’inflation », selon le communiqué.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.