Le Pendjab prévoit un programme de diversification des cultures, pour réduire d’un tiers la superficie de paddy en 5 ans

Economie

Pour freiner l’épuisement des niveaux d’eau souterraine et réduire la consommation d’électricité, le gouvernement du Pendjab renforce un plan de diversification des cultures, selon lequel environ un million d’hectares (MH) ou un tiers des zones de culture de paddy à forte intensité d’eau dans l’État seraient progressivement déplacés vers cultures alternatives telles que le coton, le maïs, les oléagineux et les légumineuses, au cours des cinq prochaines années.

Selon Gurvinder Singh, directeur du département de l’agriculture, le gouvernement de l’État offrira également des incitations aux agriculteurs pour qu’ils réorientent environ 10 % de la superficie de blé vers des cultures alternatives telles que les oléagineux et les légumineuses.

La diversification des cultures impliquerait des incitations financières pour les agriculteurs, l’achat de cultures par des organismes publics dans le cadre des opérations de prix de soutien minimum (MSP) et des installations de transformation. Chaque année, environ 0,1 à 0,2 MH de paddy semé seront déplacés vers des cultures alternatives.

« Nous élaborons bientôt un programme détaillé sur la diversification des cultures et nous fournirons un soutien financier au programme à partir de notre propre budget ainsi que du programme du secteur central », a déclaré Singh à FE.

Déclarant que la culture du paddy a conduit à une surexploitation des ressources en eaux souterraines dans l’État, l’enquête économique du Pendjab (2020-21) avait déclaré que «  la culture du riz nécessiterait l’utilisation de pompes submersibles qui sont coûteuses et peu susceptibles de convenir à agriculteurs marginaux et petits propriétaires terriens ».

L’enquête a révélé qu’il était nécessaire de diversifier les cultures et l’horticulture, les légumineuses et les oléagineux agissant comme des avenues de diversification.

Selon les experts, la diversification des cultures au Pendjab a été pratiquement un échec, car en raison du système d’approvisionnement en riz et en blé à durée indéterminée suivi par la Food Corporation of India (FCI) et les agences d’État, les agriculteurs hésitent à adopter des cultures moins gourmandes en eau car du manque de voies d’approvisionnement ou de commercialisation.

A lire aussi  Le PM Modi réitère la détermination du gouvernement à poursuivre les réformes

Au cours de la saison d’approvisionnement en cours (octobre-septembre) pour 2021-22, le Pendjab a contribué plus de 12,5 millions de tonnes (MT) ou 20 % de l’approvisionnement total en riz de 56,81 MT au pool central géré par FCI. Dans le cadre de la campagne d’approvisionnement rabi en cours pour le blé (2022-23), le Pendjab a contribué à plus de 51 % des 18,77 tonnes de blé achetées aux agriculteurs jusqu’à présent.

Des responsables ont déclaré que le gouvernement du Pendjab, à partir de la saison kharif actuelle (2022-23), promeut le semis direct du riz (DSR) qui consomme moins d’eau, améliore la percolation et réduit la dépendance à la main-d’œuvre agricole. Une incitation de Rs 1 500 par acre est offerte aux agriculteurs qui adoptent la technique DRS et un budget de Rs 450 crore a été réservé à cet effet.

Le gouvernement de l’État encourage également les agriculteurs à adopter des variétés de riz de courte durée (qui mûrissent en 125 jours au lieu des variétés conventionnelles qui prennent 135-145 jours) telles que PAU 126, 127 et 128 afin que la transplantation puisse être effectuée en utilisant les pluies de mousson dans Juillet.

Les estimations officielles indiquent que les agriculteurs d’environ 50% des 2,4 MH de zones cultivées non Basmati dans l’État ont adopté des variétés de riz de courte durée.

L’agence gouvernementale de l’État, Markfed, a commencé à se procurer le moong d’été en payant un MSP de Rs 7 275 le quintal. Cette année, la variété de légumineuses à courte durée a été semée à environ 0,1 MH.

Selon une déclaration du ministère de l’Agriculture au Parlement en avril, le programme de diversification des cultures lancé en 2013-2014 en tant que sous-programme dans le cadre du Rashtriya Krishi Vikas Yojana dans les États de la révolution verte tels que le Pendjab, l’Haryana et l’ouest de l’Uttar Pradesh, n’a rapporté que 0,63 MH dans le cadre de la démonstration d’une culture alternative sur le terrain des agriculteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.