Les coopératives peuvent désormais acheter sur le portail du marché électronique du gouvernement

Economie

Le Cabinet a décidé mercredi d’élargir le mandat de la place de marché électronique gouvernementale (GeM) en lui permettant d’enregistrer les coopératives, y compris les privées, en tant qu’acheteurs sur sa plateforme.

Cette décision aidera plus de 854 000 coopératives enregistrées et leurs 270 millions de membres, car elles pourront acheter des produits sur le portail GeM à des tarifs compétitifs tout en garantissant une plus grande transparence de leur système d’approvisionnement.

Actuellement, le portail est principalement destiné aux achats de biens et de services par les ministères/départements du gouvernement central, les gouvernements des États et diverses entreprises et entités gérées par eux. Conformément aux directives en vigueur, les acheteurs du secteur privé ne sont pas autorisés à acheter, bien que les vendeurs puissent appartenir aux deux segments – privé et public.

Le portail GeM a été lancé en août 2016, car le Centre souhaitait améliorer la transparence des marchés publics, en plus de fournir une plate-forme nouvelle ère à cette fin. Les vendeurs vont des petites entreprises aux grandes entreprises.

La liste des coopératives à intégrer par le GeM – à la fois pour le projet pilote et la mise à l’échelle ultérieure – sera décidée par le ministère de la coopération en consultation avec le véhicule ad hoc GeM.

GeM offrira un processus d’intégration dédié aux coopératives, une infrastructure technique pour prendre en charge les utilisateurs supplémentaires sur les portails existants et d’autres formes d’assistance. Le ministère de la coopération publiera des avis pour encourager les sociétés coopératives à utiliser la plateforme GeM pour l’achat de biens et de services.

A lire aussi  La hausse du taux de repo pourrait ralentir un peu la croissance, selon le secrétaire aux finances

Dans le même temps, pour protéger les intérêts des vendeurs et assurer les paiements dans les délais, les modalités des systèmes de paiement seront décidées par GeM en consultation avec le ministère de la coopération. Le rythme général et le mécanisme de déploiement seraient décidés par le ministère.

Une poussée des achats par divers ministères et départements a fait grimper l’achat de biens et de services via le portail GeM à un record de 1 000 milliards de dollars au cours de l’exercice 22, ce qui reflète son acceptabilité croissante en tant que marché en ligne. Avant le dernier exploit, les achats via le portail avaient franchi la barre des 1 000 milliards de dollars en quatre ans et demi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.