Les EAU suspendent les exportations et les réexportations de blé indien pendant quatre mois

Economie

Les Émirats arabes unis ont ordonné une suspension des exportations et des réexportations de blé et de farine de blé en provenance d’Inde pendant quatre mois, a annoncé mercredi le ministère de l’Économie de la nation du Golfe.

Cette décision fait suite à l’interdiction par l’Inde d’exporter du blé le mois dernier pour contrôler la flambée des prix locaux. Avec cela, le blé indien ne peut pas être enraciné dans des pays tiers via les Émirats arabes unis.

L’interdiction, que le ministère a qualifiée de « moratoire », a été imposée à compter du 13 mai « compte tenu des développements internationaux qui ont affecté les flux commerciaux ».

L’Inde avait interdit le 14 mai les exportations de blé, sauf celles garanties par des lettres de crédit (LC) déjà émises et vers les pays cherchant à assurer la sécurité alimentaire.
Depuis lors, il a permis des expéditions de 469 202 tonnes de blé. Le ministère de l’Économie des Émirats arabes unis a déclaré que l’interdiction « s’applique à toutes les variétés de blé, à savoir le blé dur, ordinaire et tendre et la farine de blé ». Dans un communiqué, un moratoire a été imposé « sur l’exportation et la réexportation de blé et de farine de blé originaires de la République de l’Inde, y compris les zones franches, pour une période de quatre mois à compter du 13 mai 2022 ». Cette « décision intervient compte tenu des développements internationaux qui ont affecté les flux commerciaux, et en reconnaissance des relations solides et stratégiques qui lient les Émirats arabes unis et l’Inde, en particulier après la signature de l’accord de partenariat économique global entre les deux pays et le gouvernement indien. l’autorisation d’exporter du blé vers les Émirats arabes unis pour la consommation intérieure. L’Inde et les Émirats arabes unis avaient signé en février l’accord commercial de partenariat économique global (CEPA) pour réduire tous les droits de douane sur les marchandises de l’autre et viser à augmenter leur commerce annuel à 100 milliards de dollars d’ici cinq ans.

A lire aussi  L'Inde devrait imposer un plafond aux exportations de sucre de la saison prochaine, selon des sources

Le pacte est entré en vigueur le 1er mai.
« Cependant, les entreprises souhaitant exporter/réexporter des variétés de blé et de farine de blé d’origine indienne, qui ont été importées dans le pays avant le 13 mai 2022, doivent soumettre une demande au ministère pour obtenir l’autorisation d’exporter en dehors des EAU », dit le ministère.
Ils doivent soumettre tous les documents et fichiers permettant de vérifier les données relatives à l’envoi en termes d’origine, de date de transaction et de tout autre document que le ministère peut exiger.

Le Ministère a également indiqué que dans le cas du blé et des produits à base de farine de blé d’origine non indienne, les entreprises souhaitant exporter/réexporter peuvent le faire après avoir demandé au Ministère une autorisation d’exportation à l’extérieur du pays.

Cette demande doit également être appuyée par tous les documents et fichiers permettant de vérifier l’origine de l’envoi à exporter/réexporter.
Le ministère a noté que le permis d’exportation délivré aux entreprises est valable 30 jours à compter de la date de délivrance et doit être soumis au service des douanes compétent afin de compléter les procédures d’exportation de l’envoi hors des Émirats arabes unis.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.