Les membres de l’OMC tiendront des pourparlers sur les subventions à la pêche à partir du 16 mai

Economie

Avant la 12e conférence ministérielle de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) le mois prochain, les pays membres tiendront des négociations intensives du 16 au 20 mai à Genève dans le but de parvenir à un accord visant à réduire les subventions nuisibles à la pêche.

Cette « semaine du poisson », a déclaré l’ambassadeur colombien Santiago Wills, qui préside les négociations, sera l’occasion pour les membres de travailler à la finalisation du projet d’accord, a déclaré l’organisme commercial multilatéral dans un communiqué. L’accord est nécessaire pour assurer une pêche durable et éliminer les distributions de pêche INN (illégales, non déclarées et non réglementées) qui ont contribué à la surcapacité et à la surpêche.

« … il est maintenant temps de mettre fin à des décennies de négociations et de conclure les négociations de l’OMC sur les subventions à la pêche afin que les résultats puissent être adoptés par les ministres », a déclaré le président dans un message vidéo.

« En fin de compte, nous ne devrions pas négocier les uns contre les autres, mais contre l’épuisement incessant des stocks mondiaux de poissons, si vital pour les moyens de subsistance, la sécurité alimentaire et une planète saine », a-t-il déclaré.

Comme indiqué par FE, l’Inde est favorable à une exemption de 25 ans de l’interdiction des subventions à la surpêche pour les pays en développement qui ne pratiquent pas la pêche hauturière. Dans le même temps, cela suggère que les grands subventionneurs abolissent leurs distributions au cours de ces 25 années, ouvrant la voie à la plupart des pays en développement pour qu’ils emboîtent le pas.

A lire aussi  "Les exemptions générales pour le Programme alimentaire mondial sont une préoccupation pour l'Inde compte tenu de la sécurité alimentaire nationale"

New Delhi estime que les grands subventionneurs (nations de pêche avancées) doivent assumer une plus grande responsabilité dans la suppression de leurs distributions et la réduction des capacités de pêche, conformément aux principes du « pollueur-payeur » et des « responsabilités communes mais différenciées ».

Des subventions massives, accordées principalement par de grands pays pêcheurs, ont contribué à la surexploitation des stocks mondiaux de poissons. Une étude indépendante menée par un groupe d’auteurs, dirigée par U Rashid Sumaila de l’Université de la Colombie-Britannique, montre que la subvention à la pêche en Inde ne s’élevait qu’à 227 millions de dollars en 2018, bien en dessous de 7,26 milliards de dollars en Chine, 3,80 milliards de dollars dans l’UE, 3,43 milliards de dollars en aux États-Unis, 3,19 milliards de dollars en Corée du Sud et 2,86 milliards de dollars au Japon.

La 12e conférence ministérielle de l’OMC doit se réunir du 12 au 15 juin à Genève.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.