Les pénuries d’électricité devraient persister car la capacité thermique est en retard sur la demande d’électricité, selon un rapport de Bank of America Securities

Economie

Les pénuries d’électricité devraient se poursuivre à court et moyen terme en raison de la hausse de la demande pendant la haute saison et de l’inadéquation persistante de l’offre et de la demande, selon un rapport de courtage étranger qui attribue la crise annuelle récurrente au ralentissement de l’ajout de capacité thermique au cours des dernières années. .

L’ajout de capacité thermique a été à la traîne de la demande d’électricité qui a augmenté régulièrement de 4 % par an entre les exercices 2010 et 2019, par rapport à l’ajout de capacité thermique qui n’a augmenté que de 9 % au cours de cette période. L’ajout de capacité est tombé à environ 2 % entre l’EF19 et l’EF22, lorsque la demande a bondi de 5 %.

L’énergie thermique représente jusqu’à 75 % de la production totale d’électricité du pays.

Cette inadéquation entre l’offre et la demande est due à de multiples projets stressés, axés sur les énergies renouvelables, a déclaré lundi le rapport de Bank of America Securities.

En outre, les saisons difficiles et l’activité économique accrue ont augmenté le déficit d’électricité de pointe à 1,3 % contre 0,4 % au cours de l’exercice 20-21.

Avec une nouvelle expansion de la capacité qui prendra au moins deux à trois ans et une production d’énergies renouvelables limitée à 10-11 % sur des facteurs de charge inférieurs, le rapport indique que les pénuries d’électricité/les pics de demande de charbon pendant les saisons de pointe devraient se poursuivre.

Alors que le gouvernement tente de résoudre la crise en résolvant les capacités sous tension et en augmentant l’approvisionnement en charbon en autorisant les importations, les prêteurs sont dans une période faste, selon le rapport.

A lire aussi  Amélioration de l'intérêt des investisseurs : dividendes et rachats d'actions pour régir désormais la rémunération des UAP

Actuellement, sept projets d’une valeur de 9,3 GW et d’une dette de Rs 45 200 crore sont en cours de résolution d’insolvabilité tandis que 10 projets de 10,5 GW et une dette de Rs 37 200 crore sont susceptibles d’être complètement liquidés.

Les NPA du secteur de l’électricité s’élèvent à Rs 50 300 crore et la majeure partie de l’exposition concerne SBI, BoB, ICICI Bank et Axis Bank.

Une capacité thermique supplémentaire de plus de 27 GW est attendue d’ici l’exercice 26, ce qui devrait aider à éviter une future inadéquation entre l’offre et la demande. Sur le total, les États ajoutent 15,6 GW et les PSU centrales 12 GW, dont 7,3 GW seraient par NTPC.

Dans l’ensemble, le rapport prévoit la mise en service d’une capacité de 30 GW au cours des trois à quatre prochaines années, avec 27 GW de nouvelle capacité et 3 à 4 GW des projets résolus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.