Les recettes fiscales des États ont augmenté d’un tiers au cours de l’EX22, tout comme les dépenses d’investissement

Economie

Aidées par de solides recettes fiscales, les dépenses en capital des gouvernements des États semblent avoir bondi de près d’un tiers en glissement annuel au cours de l’exercice 22, a montré un examen des performances budgétaires de 20 États par FE. La hausse d’une année sur l’autre des investissements productifs de ces États au cours du dernier exercice a été suffisante pour compenser la croissance stable des dépenses d’investissement au cours de l’exercice 21 frappé par la pandémie.

En fait, la performance budgétaire des États au cours du dernier exercice reflète celle du Centre sur la plupart des paramètres clés. En ce qui concerne les recettes fiscales et les dépenses d’investissement, par exemple, la croissance annuelle a dépassé 30 % pour le Centre et les États au cours de l’exercice 22.

Les recettes fiscales globales des 20 États – recettes fiscales propres plus recettes divisibles du Centre – ont bondi de 33% sur un an pour atteindre 21 billions de roupies au cours de l’exercice 22, grâce à une économie relancée, à une conformité améliorée et à des transferts plus élevés du Centre. L’objectif fiscal combiné de tous les États au cours de l’exercice 22 était de 22,85 billions de roupies, ce qui nécessitait une croissance annuelle de 26 %. Cela signifie que les États ont probablement dépassé leur objectif budgétaire combiné pour les recettes fiscales par une marge significative au cours de l’exercice 23.

L’augmentation des recettes fiscales et la maîtrise des dépenses sociales après deux ans de folies liées au Covid semblent également avoir permis aux gouvernements des États d’augmenter leurs dépenses d’investissement au cours de l’exercice 22. Pourtant, ils pourraient manquer l’ambitieux objectif d’investissement, car l’atteindre aurait nécessité une croissance annuelle de 44 %.

Les 20 États ont déclaré des dépenses d’investissement combinées de 4,66 billions de roupies au cours de l’exercice 22, en hausse de 31 % sur un an, par rapport à une croissance stable de 0,2 % en glissement annuel observée au cours de l’exercice 21. Selon la tendance, les dépenses d’investissement combinées de tous les États pourraient être d’environ 5,5 billions de roupies au cours de l’exercice 22, soit 0,5 billion de roupies de plus que pour l’exercice 21.

Conscient que les dépenses d’investissement des États augmenteraient vers la fin d’un exercice financier, le Centre avait lancé l’an dernier une décentralisation fiscale pour permettre aux États de maintenir l’élan des dépenses. Les dépenses d’investissement des États et des CPSE sont essentielles pour accélérer la formation brute de capital dans l’économie, étant donné que les investissements privés restent faibles. Les États semblent avoir tenté de trouver un équilibre en augmentant les dépenses d’investissement et en réduisant les plans d’emprunt.

A lire aussi  L'économie indienne devrait croître de 7 à 7,8 % au cours de l'exercice 23 malgré les vents contraires mondiaux : experts

Grâce à la vigueur des recettes fiscales, le Centre a versé 8,83 billions de roupies aux États pour l’exercice 22 en tant que part du pool fiscal divisible, soit 19 % de plus que l’estimation révisée (RE) pour l’année. Le Centre a également préchargé la totalité de la composante des prêts adossés de 1,59 billion de roupies aux États au cours de l’exercice 22 pour compenser leur manque à gagner de TPS par rapport au niveau protégé.

Les 20 États examinés sont l’Uttar Pradesh, le Maharashtra, le Tamil Nadu, le Madhya Pradesh, le Karnataka, le Gujarat, le Rajasthan, le Telangana, l’Odisha, le Kerala, le Bihar, le Bengale occidental, l’Haryana, le Chattisgarh, le Jharkhand, le Pendjab, l’Uttarakhand, l’Himachal Pradesh, l’Arunachal Pradesh et le Tripura. .

Parmi ces États, les dépenses d’investissement de l’Uttar Pradesh étaient de 70 197 crores de roupies au cours de l’exercice 22, soit une augmentation de 34 % sur un an. Cependant, l’État du Nord n’a pas atteint son objectif annuel ambitieux de Rs 1,16 billion de capex de 40 %. Celui du Karnataka était à Rs 50 310 crore (en hausse de 10%), le Maharashtra Rs 46 541 crore (57%) et le capex du Madhya Pradesh s’élevait à Rs 40 728 crore (34%).

Les recettes fiscales combinées des 20 États s’élevaient à 21 000 milliards de roupies, soit 103 % de leur objectif global pour l’exercice 22. L’amélioration des flux de revenus a permis à ces États de limiter leurs emprunts ; ils ont emprunté 15 % de moins en FY22 que l’année précédente.

Les 20 États ont vu leurs dépenses de recettes augmenter de 12,5 % en glissement annuel au cours de l’EX22, ce qui est inférieur au taux de croissance budgété de 20 % par tous les États par rapport aux chiffres réels de l’EX21.

Outre les États, le Centre a également fait appel à des CPSE pour pousser les investissements publics, ce qui est essentiel à une relance de la croissance économique tirée par l’investissement. Malgré les difficultés rencontrées dans l’exécution des projets en raison de Covid-19, les investissements combinés des grands CPSE et des entreprises départementales – tous avec des budgets d’investissement annuels d’au moins Rs 500 crore – étaient de Rs 5,91 billions au cours de l’exercice 22. Cela représentait 103% de l’objectif révisé de Rs 5,75 billions pour l’année.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.