Les semis de Kharif s’accélèrent alors que la mousson pleut dans la plage normale

Economie

La mousson étant active sur les régions du sud, du centre et de l’ouest au cours de la dernière semaine, les semis de cultures kharif telles que le paddy, les légumineuses, les oléagineux, les céréales secondaires et le coton se sont accélérés.

Selon les données du ministère de l’Agriculture publiées vendredi, les cultures de Kharif ont été semées sur 40,66 millions d’hectares (MH)), soit environ 9 % de moins que la période correspondante de l’année dernière. Le déficit de superficie couverte par les cultures Kharif par rapport à 2021 au 24 juin était de 24%.

Parmi les principales cultures kharif, la superficie de légumineuses est légèrement supérieure à celle de l’an dernier. Les semis de coton ont été proches de la même période l’an dernier et les céréales secondaires légèrement plus élevées.

Les semis de canne à sucre sont rapportés à 5,3 MH ce qui est en partie avec l’année précédente.

Les semis d’oléagineux dont le soja et l’arachide accusent un retard de 19% à 7,7 MH par rapport à la même période l’an dernier. Cependant, selon les données officielles, le soja a été semé dans 5,4 MH jusqu’à présent, tandis que la Soybean Processor Association of India affirme qu’une variété d’oléagineux a été semée dans 7 MH.

La progression des semis de riz accuse un retard de plus de 22% par rapport à l’année dernière.

Un responsable du ministère de l’Agriculture a déclaré que la fenêtre pour les semis des cultures de Kharif était jusqu’à la fin juillet et que le rythme des semis s’accélérerait encore dans les semaines à venir. Les cultures Kharif sont semées autour de 106 MH.

Les précipitations adéquates et bien réparties pendant les mois de mousson (juin-septembre) contribuent à stimuler la production des cultures kharif en plus d’assurer une humidité suffisante pour les cultures rabi.

En avril 2022, le gouvernement avait fixé un objectif record de production de céréales vivrières de 328 millions de tonnes (MT) au cours de la campagne agricole 2022-23 (juillet-juin) contre 314 MT de production en 2021-22, selon la troisième estimation anticipée de production de céréales vivrières.

A lire aussi  Pourquoi les entrées d'IDE vers l'Inde sont en baisse

Le département météorologique indien (IMD) a déclaré vendredi dans ses prévisions que « les conditions de mousson actives sur le centre de l’Inde et le long de la côte ouest devraient se poursuivre au cours des cinq prochains jours et une augmentation des précipitations sur le nord-ouest de l’Inde au cours des trois prochains jours ».

La mousson s’est accélérée depuis le 16 juin, date à laquelle le déficit des pluies de mousson était de 25 %.

Un responsable du département du Met a déclaré que la mousson a été active dans la région du centre, de l’ouest et du sud au cours de la dernière semaine. Du 1er juin au 8 juillet, les précipitations moyennes cumulées de mousson ont été de 234,5 mm, soit 2 % de plus que le repère normal de 230,4 mm pour la même période.

Seules les régions de l’est, du nord-est et du sud de la péninsule du pays ont reçu jusqu’à présent 4% et 13% de précipitations de mousson de plus que le volume normal. Le déficit cumulé de pluie sur le centre de l’Inde et le nord et le nord-est de l’Inde n’a été signalé qu’à 4% et 3% respectivement.

Le 31 mai, l’IMD a déclaré que les pluies de mousson cette année seront supérieures à ce qu’il avait prévu en avril à 103% de la moyenne de référence sur longue période (LPA), avec 81% de chances que les précipitations soient « normales » ou supérieures.

Dans ses prévisions de juin, l’IMD a prédit une pluviométrie normale de l’ordre de 92 à 108 % de la LPA.

Pendant ce temps, le niveau d’eau moyen dans 143 principaux réservoirs du pays est actuellement inférieur de 5% par an, a indiqué la Commission centrale de l’eau. Le niveau d’eau est également supérieur de 21 % à la moyenne des 10 dernières années.

Les réservoirs contiennent actuellement 53,64 milliards de mètres cubes (BCM) d’eau, soit environ 30 % de leur capacité combinée. Il y a un an, 56,25 BCM d’eau étaient disponibles dans ces réservoirs, alors que la moyenne des 10 dernières années est de 44,22 BCM, selon la dernière note du CWC.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.