Libération plus rapide de l’aide GST pour augmenter les dépenses d’investissement des États

Economie

La libération de la compensation de la taxe sur les produits et services d’environ Rs 86 912 crore aux États par le Centre en avril-mai, qui comprend plus de Rs 62 000 crore provenant des propres flux de revenus du Centre, vise à leur apporter un soutien en liquidités alors même que les plans d’emprunt de certains des États fiscalement faibles ont été suspendus.

Selon des sources, de nombreux États n’ont pas obtenu l’approbation obligatoire du Centre pour exploiter le marché au moins jusqu’à la fin mai, après que le Centre a soulevé des questions sur leurs emprunts hors budget.

La compensation de la TPS sur cinq ans pour les États prendra fin le 30 juin. La compensation, qui est garantie par la Constitution, vise à assurer une augmentation annuelle de 14 % des revenus de la TPS des États par rapport à la base pertinente de 2015-2016.

Le Centre a jusqu’à présent versé un total de 8,22 billions de roupies aux États à ce titre, alors même que les collectes de fonds à cette fin étaient bien en deçà de l’objectif (voir graphique).

Le montant débloqué en avril-mai comprend les arriérés en plus des cotisations pour la période de deux mois. Si le Centre avait suivi sa position antérieure, les libérations de compensation auraient traîné au moins jusqu’en août ou jusqu’à ce que suffisamment de cess aient été perçus pour payer les cotisations aux États.

Le Centre tient à ce que les dépenses en capital des États, qui ont tendance à réduire les dépenses de création d’actifs en tant que dépenses de recettes telles que les paiements d’intérêts et les salaires, ne faiblissent pas faute de fonds.

Le Centre réduit les emprunts sur le marché des États qui ont eu recours à d’énormes emprunts hors budget au cours des deux dernières années sur le quota disponible cette année.
Cependant, les analystes ont déclaré que les retards dans leurs emprunts sur le marché s’avéreront plus coûteux pour les États, car la Reserve Bank of India (RBI) augmentera probablement encore les taux d’intérêt dans les mois à venir.

La décision de libérer l’intégralité de la compensation de la TPS jusqu’en mai devrait également renforcer la confiance entre les États.

A lire aussi  L'Inde envoie 15 000 litres de kérosène aux pêcheurs du Sri Lanka en crise

Les taxes prélevées avec la TPS sur un ensemble de biens de valeur resteront jusqu’à l’exercice 26. Le produit sera utilisé pour assurer le service des prêts de 2,6 billions de roupies contractés par le Centre pour combler l’énorme manque à gagner du produit de cess.

«Cette décision (libération de l’indemnisation jusqu’en mai) a été prise malgré le fait que seulement environ 25 000 crores sont disponibles dans le fonds d’indemnisation de la TPS. Le solde est débloqué par le Centre à partir de ses propres ressources en attendant la perception de la taxe », avait déclaré le ministère des Finances dans un communiqué le 31 mai. Le Centre récupérera ses fonds à partir des charges à payer à partir de juillet.

Sur les 86 912 crores de roupies versés aux États, 47 617 crores de roupies étaient des arriérés d’indemnisation jusqu’en janvier 2022, 21 322 crores de roupies pour février-mars et 17 973 crores de roupies pour avril-mai.

Onze gouvernements d’État ont levé 22 500 crores de roupies par le biais de prêts de développement d’État (SDL) le 31 mai 2022, soit près de 28 % de plus que le niveau indiqué. Avec Goa, Gujarat, Kerala, Meghalaya et Tamil Nadu empruntant pour la première fois au cours de l’exercice 23, le nombre d’États qui ont émis des SDL est passé à 11 le 31 mai, passant de 1 à 7 lors des enchères précédentes organisées au cours de cet exercice.

« Le retard dans l’approbation par le Centre (en vertu de l’article 293 (3) de la Constitution) était dû au fait que le Centre recherchait de nombreuses données auprès des États sur divers passifs hors budget, y compris les garanties accordées aux entreprises publiques au cours des exercices 21 et 22 », a déclaré un responsable du gouvernement de l’État.

Pas moins de neuf États (Assam, Chhattisgarh, Himachal Pradesh, Madhya Pradesh, Nagaland, Sikkim, Telangana, Uttar Pradesh et Uttarakhand), qui avaient initialement indiqué qu’ils emprunteraient au cours de l’exercice 2023 d’avril à mai, n’ont pas encore accès au marché SDL. Il est possible que ces États attendent toujours l’autorisation d’emprunt du gouvernement indien, car les directives correspondantes ont subi un changement au cours de l’exercice 23, a déclaré l’agence de notation Icra.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.