Limitation des exportations de sucre : les usines sont invitées à déposer des rapports quotidiennement

Economie

Après avoir notifié son plan de réglementation des exportations de sucre pour maintenir l’approvisionnement local stable, le ministère de l’alimentation a demandé aux sucreries de demander à la direction du sucre des autorisations pour expédier l’édulcorant entre le 1er juin et le 31 octobre, et de déposer les détails des expéditions auprès de la direction. portail quotidiennement.

Cependant, les réexportations de sucre raffiné, fabriqué à partir de sucre brut importé dans le cadre du régime d’autorisation préalable, peuvent ne pas nécessiter d’autorisation préalable, a-t-il déclaré.

Dans une lettre aux hauts dirigeants des sucreries mardi soir, le ministère de l’alimentation leur a également ordonné de soumettre le 1er juin un rapport consolidé sur leurs exportations de sucre jusqu’au 31 mai de cette campagne de commercialisation qui a débuté le 1er octobre 2021. -la soumission de ces détails par n’importe quelle sucrerie, leur demande d’autorisation d’exportation peut ne pas être prise en compte », a indiqué le ministère dans la lettre.

Dans une lettre séparée adressée à tous les exportateurs de sucre, le ministère a déclaré que les expéditions jusqu’au 31 mai seront autorisées sans autorisation préalable. Cependant, entre le 1er juin et le 31 octobre, il ne sera autorisé que par le biais d’ordonnances de mainlevée d’exportation (permis).

« En outre, en cas d’exportations via des navires vraquiers ou divers, si la facture d’expédition est déposée et que les navires ont déjà accosté ou sont arrivés et ancrés dans les ports indiens et que leur numéro de rotation a été attribué au 31 mai 2022, ce navire continuera à procéder au chargement et à l’exportation de sucre sans aucune approbation ni ordre de mainlevée », a indiqué le ministère dans la lettre.

Tard mardi, le gouvernement a annoncé qu’il réglementerait les exportations de sucre à partir de juin et n’autoriserait que jusqu’à 10 millions de tonnes (MT) jusqu’au 31 octobre, par mesure de précaution pour maintenir les approvisionnements intérieurs stables jusqu’à ce que la production de la récolte de la saison prochaine arrive sur le marché. Cependant, les exportations vers l’UE et les États-Unis par le biais du contingent tarifaire (CT) ou de la CXL sont maintenues en dehors du champ d’application de la restriction. L’Inde a autorisé des exportations de sucre de 5 841 tonnes vers l’UE et de 10 475 tonnes vers les États-Unis dans le cadre des contingents tarifaires et CXL.

A lire aussi  L'activité industrielle bondit à son plus haut niveau en 8 mois en avril

Selon la lettre, une fois que leurs demandes d’autorisations d’exportation (permis) sont approuvées, les usines ne peuvent pas conserver les stocks, car elles devront expédier du sucre dans les 30 jours.

La quantité approuvée pour les exportations sera supérieure au quota mensuel pour les ventes intérieures. Ainsi, le sucre de ce quota mensuel ne peut pas être détourné vers l’exportation.

Environ 9 MT ont été contractées pour les exportations jusqu’à présent cette année commerciale jusqu’en septembre. De ce nombre, environ 8,2 MT ont été expédiées des sucreries pour l’exportation et un record de 7,8 MT ont été expédiées.

La restriction a été imposée car le gouvernement craignait que des exportations sans entraves puissent potentiellement créer une pénurie sur le marché et faire grimper les prix, en particulier vers la fin de l’année en cours et avant la saison des festivals en octobre-novembre.

L’Inde n’avait expédié que 6,2 lakh tonnes (LT) au cours de la campagne de commercialisation 2017-18, 38 LT en 2018-19 et 59,60 LT en 2019-20. L’année dernière, contre un objectif de 60 LT, environ 70 LT ont été exportés.

La décision garantira que le stock de clôture de sucre à la fin de la campagne de commercialisation en cours (30 septembre) reste de 60 à 65 LT, ce qui est suffisant pour 2 à 3 mois de consommation (le besoin mensuel est d’environ 24 LT au cours de ces mois ).

La saison de broyage de la canne commence la dernière semaine d’octobre dans le Karnataka et le Maharashtra et en novembre dans l’Uttar Pradesh. Ainsi, jusqu’en novembre, l’approvisionnement en sucre s’effectue généralement à partir des stocks de l’année précédente.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.