L’Inde rejette le texte injuste sur les subventions à la pêche à l’OMC

Economie

Le ministre du Commerce et de l’Industrie, Piyush Goyal, a rejeté mardi un texte de négociation à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) sur la réduction des subventions néfastes à la pêche, soulignant qu’il vise à « institutionnaliser » les disparités entre les riches et les pauvres, et a averti les pays en développement de  » méfiez-vous de tels efforts ».

L’Inde veut que les grands « pollueurs » qui exploitent depuis longtemps les stocks halieutiques mondiaux par la pêche hauturière assument une plus grande responsabilité et cessent d’offrir des subventions à la pêche pendant 25 ans. Cependant, le texte de négociation n’approuve pas ce point de vue. De même, le texte parle de n’accorder que sept ans aux pays en développement pour mettre fin à leurs subventions, contre 25 ans réclamés par l’Inde pour ceux qui ne pratiquent pas la pêche hauturière. À moins que ses demandes ne soient satisfaites, du moins dans une mesure raisonnable, la position ferme adoptée par l’Inde pourrait encore retarder l’issue des négociations sur les subventions à la pêche.

New Delhi souhaite également que les pays de pêche avancés qui « exploitent sans discernement les ressources halieutiques » dans les zones économiques exclusives des autres en étant membres de plusieurs organisations régionales de gestion des pêches (ORGP), soient soumis à des réglementations plus strictes, mais le texte actuel ne s’y arrête pas. -exploitation; au lieu de cela, il « autorise indiscrètement de telles pratiques indéfiniment ».

Soulignant que les nations avancées avec une population de pêcheurs de quelques milliers de personnes ne devraient pas être autorisées à dicter leurs conditions à un pays comme l’Inde, qui abrite neuf millions de familles de pêcheurs, Goyal a déclaré que New Delhi et d’autres pays en développement, qui ne sont pas très intéressés pêche hauturière, ont besoin de la marge de manœuvre politique nécessaire pour progresser dans ce secteur crucial.

A lire aussi  Niti Aayog met en garde contre de fortes augmentations du MSP

L’Inde, a souligné Goyal, donne à peine 15 dollars par an de subventions à ses familles de pêcheurs, mais « il y a des pays qui donnent jusqu’à 42 000 dollars, 65 000 dollars et 75 000 dollars à une famille de pêcheurs ». « C’est l’ampleur de la disparité que l’on cherche à institutionnaliser, à travers le texte actuel sur la pêche », a-t-il ajouté. Goyal s’est également demandé comment un pays qui soutient des centaines de millions de pêcheurs pauvres peut accepter le même niveau de minimis que les nations de pêche avancées qui ne comptent que quelques milliers de pêcheurs.

Goyal a également exhorté les pays pauvres et en développement à faire preuve de prudence lorsqu’ils approuvent un tel texte. « Et j’exhorte tous les pays en développement à se méfier de tels efforts (et) à être prudents pendant que nous hypothéquons notre avenir et le potentiel futur de nos pauvres à se développer, à devenir plus prospères à l’avenir et à avoir une chance, une meilleure chance dans la vie », a-t-il déclaré.

L’Inde est un ardent défenseur de la durabilité, a déclaré Goyal, et son histoire glorieuse en dit long sur ses traditions et ses bonnes pratiques dans la gestion de ses ressources naturelles. « Dans le même temps, je vous exhorte à prendre conscience du fait que de nombreuses nations des deux hémisphères ont permis à leurs gigantesques flottes industrielles d’exploiter et de piller les richesses de l’océan au cours des dernières décennies, ce qui a conduit à une pêche hautement non durable. En revanche, l’Inde a maintenu des flottes de taille modeste qui pêchaient en grande partie dans sa zone économique exclusive, opérant avec des engins passifs et laissant une empreinte minimale sur le paysage marin », a déclaré le ministre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.