L’interdiction des exportations de blé vise à contrôler le commerce non réglementé, selon le Centre

Economie

Des responsables du gouvernement indien, s’exprimant quelques heures seulement après que le pays a interdit les exportations de blé, ont déclaré qu’il n’y avait pas eu de chute spectaculaire de la production de blé cette année, mais que les exportations non réglementées avaient entraîné une hausse des prix locaux.

« Nous ne voulons pas que le commerce du blé se fasse de manière non réglementée ou que la thésaurisation se produise », a déclaré samedi un haut responsable du gouvernement aux journalistes à New Delhi.

Le gouvernement a déclaré qu’il autoriserait toujours les exportations soutenues par des lettres de crédit déjà émises et vers les pays qui demandent des fournitures « pour répondre à leurs besoins de sécurité alimentaire ».

Les acheteurs mondiaux misaient sur les approvisionnements du deuxième plus grand producteur de blé au monde après la chute des exportations de la région de la mer Noire à la suite de l’invasion de l’Ukraine par la Russie le 24 février. Avant l’interdiction, l’Inde avait pour objectif d’expédier un record de 10 millions de tonnes cette année.

A lire aussi  Acclamation de la mousson : Attendez-vous à plus de pluies, selon l'IMD

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.