L’ONU baisse ses prévisions de croissance économique mondiale en 2022 à 3,1%

Economie

Mercredi, les Nations Unies ont considérablement abaissé leurs prévisions de croissance économique mondiale cette année de 4% à 3,1%, affirmant que la guerre en Ukraine a déclenché une augmentation des prix mondiaux des denrées alimentaires et des matières premières et a exacerbé les pressions inflationnistes, bouleversant la fragile reprise après la pandémie de COVID-19. .

Les prévisions de mi-2022 du Département des affaires économiques et sociales des Nations Unies indiquent que la révision à la baisse des perspectives de croissance est généralisée, y compris les plus grandes économies du monde – les États-Unis, la Chine et surtout l’Union européenne – et la majorité des autres pays développés et Pays en voie de développement.

Le rapport sur la situation et les perspectives de l’économie mondiale a également averti que la prévision actuelle de 3,1 % « fait face à des risques de baisse importants dus à une nouvelle intensification de la guerre en Ukraine et à de nouvelles vagues potentielles de la pandémie ». « Ce ralentissement et la guerre en Ukraine – déclenchant de fortes augmentations des prix des denrées alimentaires et des engrais – frapperont particulièrement durement les pays en développement, exacerbant l’insécurité alimentaire et augmentant la pauvreté », indique le rapport.

Selon les prévisions de l’ONU, l’inflation mondiale devrait augmenter à 6,7 % en 2022, soit le double de la moyenne de 2,9 % sur la période 2010-2020, avec de fortes hausses des prix des denrées alimentaires et de l’énergie.

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a déclaré : « La guerre en Ukraine – dans toutes ses dimensions – déclenche une crise qui dévaste également les marchés mondiaux de l’énergie, perturbe les systèmes financiers et exacerbe les vulnérabilités extrêmes du monde en développement ». Il a exhorté à « une action rapide et décisive » pour assurer un flux constant d’approvisionnement alimentaire et énergétique vers les marchés ouverts, affirmant que cela nécessite la levée des restrictions à l’exportation, la libération des excédents et des réserves aux pays dans le besoin et la lutte contre l’augmentation des prix des denrées alimentaires « pour calmer Volatilité du marché. » Le rapport de 26 pages indique que la guerre en Ukraine non seulement pèse lourdement sur son économie et celle de la Russie, mais affecte également les économies de ses voisins d’Asie centrale et d’Europe.

A lire aussi  Le gouvernement prendra des mesures strictes contre les exportateurs de blé qui soumettent des documents antidatés : Goyal

L’économie de l’Union européenne – qui en 2020 a importé 57,5% de sa consommation d’énergie et est la plus directement touchée par les perturbations de l’approvisionnement énergétique en provenance de Russie – ne devrait plus croître que de 2,7% cette année, contre une prévision de janvier de 3,9% , indique le rapport.

L’économie américaine devrait croître de 2,6% en 2022 et de 1,8% en 2023, une révision à la baisse significative par rapport aux prévisions de janvier, indique le rapport, soulignant une inflation obstinément élevée, un resserrement monétaire agressif de la part de la Réserve fédérale américaine et les retombées directes de la guerre en Ukraine.

En Chine, a déclaré l’ONU, l’économie devrait croître de 4,5% cette année, contre 8,1% en 2021. Elle a cité des verrouillages continus dans les grandes villes pour contenir la vague Omicron de la pandémie de COVID-19 au premier trimestre de la an.

« Le ralentissement des activités économiques qui en a résulté a contribué à prolonger les perturbations des chaînes d’approvisionnement, affectant négativement d’autres pays en développement par le biais des canaux commerciaux », indique le rapport. « En outre, la flambée des prix des matières premières a contribué à la hausse des coûts de fabrication dans la région, ce qui a eu un effet négatif sur les exportations. » En tant que groupe, l’ONU a déclaré que les économies des pays en développement devraient croître de 4,1 % cette année, contre 6,7 % en 2021.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.