Nature fragile de la reprise économique : la croissance de la PEG grimpe à 1,9 % en mars

Economie

L’indice de la production industrielle (IIP) a augmenté de 1,9 % en mars par rapport à l’année précédente, après avoir légèrement augmenté par rapport à 1,5 % le mois précédent, ce qui suggère la fragilité de la reprise économique. Cependant, étant donné la base fortement contractée à la suite des freins de Covid lors de la deuxième vague, la production industrielle en avril pourrait même enregistrer une expansion à deux chiffres, selon les analystes.

Les données officielles publiées jeudi ont montré que la PII a augmenté de 12,5 %, séquentiellement, en mars. Mais elle a été en partie due à des facteurs saisonniers qui ont entraîné une augmentation de la production d’électricité et ont également pesé sur la fabrication. Ainsi, la PEG a augmenté de 11,3 % au cours du dernier exercice, tirée par une base favorable (elle était de -8,4 % au cours de l’EX21).

Pourtant, l’indice a augmenté pour la première fois en trois ans au cours de l’exercice 22.

Signes indiquant que la consommation privée et l’investissement n’ont pas encore repris leur cours durablement, la croissance de la production de biens d’équipement a ralenti tandis que la production de biens de consommation durables et non durables a diminué, bien qu’à un rythme plus lent que le mois précédent.

La production de biens d’équipement n’a augmenté que de 0,7% en mars contre 2% le mois précédent. Les biens de consommation durables et non durables ont connu une contraction de 3,2 % et 5 % en avril, contre respectivement 8,7 % et 5,8 % en février. En fait, pour les biens durables, il s’agissait du sixième mois consécutif de baisse.

Conjuguée à une inflation élevée, la morosité des activités industrielles compliquera la tâche de la banque centrale consistant à freiner la pression sous-jacente sur les prix dans l’économie lorsque les prix mondiaux des matières premières augmentent sans perturber la dynamique de croissance. Certains analystes ont prévu une nouvelle hausse du taux repo de 40 à 50 points de base par le comité de politique monétaire en juin.

A lire aussi  Les principaux piliers de l'OMC doivent être conservés tout en entreprenant des réformes

Alors que la croissance du secteur manufacturier s’est améliorée à 0,9 % en mars contre 0,5 % le mois précédent, celle de l’électricité et des mines a atteint respectivement 6,1 % et 4 %, contre 4,5 % chacune en février.

Bien entendu, au classement par usage, quatre segments ont connu une croissance en mars : les biens primaires (5,7 %), les biens d’équipement (0,7 %), les biens intermédiaires (0,6 %) et les biens d’infrastructure (7,3 %).

L’économiste en chef d’Icra, Aditi Nayar, a déclaré: « La majorité des indicateurs à haute fréquence ont enregistré une amélioration de leurs performances de croissance en mars 2022, mis à part une contraction de la production de CIL (après un écart de 11 mois), et une forte modération de la croissance en glissement annuel des exportations de marchandises non pétrolières, sur la base de laquelle nous prévoyons que la croissance de la PEG s’accélérera à 3-5% au cours du mois qui vient de s’achever.

Les économistes d’India Ratings ont déclaré: «Le modèle de croissance dans la classification basée sur l’utilisation suggère que la faible demande de consommation est susceptible de connaître davantage de vents contraires dans les mois à venir en raison de l’inflation élevée et de l’inversion du cycle des taux d’intérêt, mais la demande de biens d’infrastructure peut continuer en raison aux dépenses d’investissement soutenues du gouvernement. Ils s’attendent à ce que la demande de consommation, compte tenu de l’inflation élevée et de la hausse des taux d’intérêt, demeure un risque majeur pour la reprise économique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.