Nirmala Sitharaman réfute les critiques de l’opposition sur les réductions des droits d’accise, affirme que cette décision n’a pas d’incidence sur le partage des impôts par l’État

Economie

Le ministre des Finances, Nirmala Sitharaman, a réfuté dimanche les critiques de l’opposition concernant la réduction des droits d’accise ayant un impact sur la part des États dans les impôts centraux, affirmant que la réduction de 8 roupies par litre d’essence et de 6 roupies sur le diesel avait été effectuée sur les routes et les infrastructures prélevées sur les deux carburants. , collection sur laquelle n’a jamais été partagée avec les États.

Tout d’abord, l’ancien ministre des Finances de l’Union P Chidambaram, puis d’autres dirigeants de l’opposition ont déclaré que la réduction des droits d’accise annoncée samedi soir réduirait la part des États dans les impôts centraux.

Chidambaram a rétracté dimanche sa déclaration disant que la réduction des prélèvements revient au seul gouvernement central.

S’adressant à Twitter, Sitharaman a déclaré qu’elle partageait des faits utiles sur les prélèvements sur l’essence et le diesel au profit de tous.

«Le droit d’accise de base (BED), le droit d’accise supplémentaire spécial (SAED), la taxe routière et d’infrastructure (RIC) et la taxe de développement de l’agriculture et des infrastructures (AIDC) constituent ensemble un droit d’accise sur l’essence et le diesel. L’ED de base est partageable avec les États. SAED, RIC et AIDC ne sont pas partageables », a-t-elle déclaré.

La réduction des droits d’accise de Rs 8 par litre sur l’essence et de Rs 6 par litre sur le diesel a été entièrement réalisée en RIC. C’était le cas même en novembre 2021 lorsque la taxe sur l’essence a été réduite de Rs 5 et celle sur le diesel de Rs 10, a-t-elle déclaré.

Conformément à la formule de partage des impôts centre-État, 41 % des impôts perçus par le Centre vont aux États. Cependant, ceux-ci n’incluent pas les collectes provenant du prélèvement de la taxe. La majeure partie de la taxe sur l’essence et le diesel est constituée de cess.

Alors que l’incidence totale de la taxe centrale sur l’essence avant la réduction de samedi était de 27,90 Rs par litre, le droit d’accise de base n’était que de 1,40 Rs par litre. De même, sur Rs 21,80 par litre de taxe centrale totale sur le diesel, le droit d’accise de base n’était que de Rs 1,80.

Un droit d’accise supplémentaire spécial de 11 roupies par litre sur l’essence et de 8 roupies par litre sur le diesel a été prélevé. Une redevance de Rs 2,50 par litre pour les infrastructures et le développement agricoles (AIDC) a été prélevée sur l’essence et Rs 4 par litre sur le diesel.

A lire aussi  Plusieurs états montrant des signes avant-coureurs de stress; besoin de prendre des mesures correctives : article RBI

L’essence commandait Rs 13 par litre de droits d’accise supplémentaires sous forme de RIC et Rs 8 de cette taxe étaient prélevés par litre de diesel. Cela a été réduit dans la réduction des droits d’accise de samedi. Seuls 1,40 Rs par litre de BED collecté sur l’essence et 1,80 Rs sur le diesel sont partagés avec les États. La SAED, l’AIDC et le RIC ne sont pas partagés.

«L’ED de base qui est partageable avec les États n’a pas été touché. Par conséquent, tout le fardeau de ces deux réductions de droits (faites le 21 novembre et hier) est supporté par le Centre », a-t-elle déclaré.

«La réduction des droits effectuée hier a une implication de Rs 1 00 000 cr par an pour le Centre. La réduction des droits effectuée en novembre 21 a une implication de Rs 1,20 000 cr par an pour le Centre. L’implication totale des revenus pour le Centre, sur ces deux réductions de droits, est donc de Rs 2,20 000 cr par an. Chidambaram avait déclaré samedi soir que la réduction des droits d’accise était « égale à voler davantage à Peter et à payer moins à Peter! » « L’exhortation de FM aux États n’a aucun sens. Quand elle coupe Central Excise d’une roupie, 41 paise de cette roupie appartiennent aux États-Unis », avait-il déclaré.

Dimanche, il s’est rétracté en disant contrairement à ce qu’il avait dit samedi « toute la charge de la réduction incombe au Centre. Dans cette mesure, je suis corrigé. Sitharaman a déclaré que les données de la RBI montrent que les dépenses totales de développement engagées par le gouvernement Modi au cours de la période 2014-22 étaient de Rs 90,9 lakh crore.

« En revanche, seulement Rs 49,2 lakh crore ont été dépensés en dépenses de développement en 2004-2014. » «Les dépenses engagées par notre gouvernement sous @PMOIndia @narendramodi comprennent Rs 24,85 lakh crore dépensés jusqu’à présent pour les subventions à la nourriture, au carburant et aux engrais et Rs 26,3 lakh crore pour la création de capital. Au cours des 10 années d’UPA, seulement 13,9 crores de roupies ont été dépensés en subventions », a-t-elle ajouté.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.