Pas d’accord intérimaire, mais un ALE à part entière avec le Royaume-Uni par Diwali : Piyush Goyal

Economie

Un accord de libre-échange (ALE) entre l’Inde et le Royaume-Uni pourrait être conclu par Diwali en octobre sans l’exigence d’un accord intérimaire, a déclaré le ministre du Commerce et de l’Industrie Piyush Goyal à Londres, appréciant le rythme soutenu des négociations. Goyal est en visite à Londres depuis Davos avant le quatrième cycle des négociations de l’ALE entre les deux pays, prévu le 13 juin au Royaume-Uni.

« Le Canada progresse bien vers un accord sur les premières récoltes. Avec le Royaume-Uni, nous avions convenu de conclure un accord de récolte précoce – essentiellement, pour saisir les fruits à portée de main et laisser les éléments les plus difficiles pour la prochaine étape et donner aux peuples des deux pays la confiance que cet accord est un gagnant-gagnant « , a déclaré le ministre. « Mais la façon dont les choses progressent, nous finirons par conclure un ALE complet avec le Royaume-Uni d’ici Diwali. J’ai eu de très bonnes réunions là-dessus », a-t-il déclaré. Le ministre s’exprimait lors d’un lever de rideau jeudi soir pour la semaine annuelle Royaume-Uni-Inde organisée par le Forum mondial indien, prévue à partir du 27 juin.

Goyal a souligné le « travail acharné » et « l’engagement avec les parties prenantes » qui sont nécessaires avant de conclure un ALE. «Lorsque vous concluez un accord commercial, vous vous projetez dans 30 à 50 ans d’avenir, vous devez donc être très prudent. Je ne peux pas me permettre de faire une erreur… tout le monde doit être très prudent. Beaucoup de modélisation doit être faite », a-t-il déclaré.

A lire aussi  Le déficit commercial se creuse pour atteindre 23,3 milliards de dollars en mai

Plus tôt jeudi, Goyal a eu des « discussions productives » avec son homologue britannique Anne-Marie Trevelyan sur les négociations de l’ALE. Les discussions ont porté sur les opportunités de libérer tout le potentiel du commerce bilatéral et d’ouvrir de nouveaux domaines aux entreprises des deux parties.

Lors de sa visite en Inde en avril, le Premier ministre britannique Boris Johnson avait plaidé pour la conclusion de l’ALE dès Diwali. Le Premier ministre Narendra Modi avait alors souligné les « bons progrès » réalisés dans les pourparlers et proposé d’avancer « au même rythme et avec le même engagement » avec lequel New Delhi avait conclu des accords commerciaux avec les Émirats arabes unis et l’Australie. L’Inde et le Royaume-Uni ont tous deux lancé des négociations formelles en janvier pour l’ALE, qui pourrait finalement couvrir plus de 90 % des lignes tarifaires.

Ils visent à doubler le commerce bilatéral de biens et de services à environ 100 milliards de dollars d’ici 2030. Le commerce entre l’Inde et le Royaume-Uni est dominé par les services, qui représentent environ 70 % du commerce annuel global. Johnson a favorisé l’octroi de plus de visas aux professionnels indiens qualifiés de l’informatique pour pallier une pénurie au Royaume-Uni.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.