Pas de stagflation, une croissance au T4 meilleure que prévu, selon le CEA

Economie

L’économie indienne est mieux placée que d’autres pays et la crainte de la stagflation est exagérée, a déclaré mardi le conseiller économique en chef (CEA) V Anantha Nageswaran, alors que les données officielles montraient que la croissance économique avait atteint un creux de 4,1 % en quatre trimestres, en partie en raison d’un effet de base. .

Le CEA a toutefois souligné que le taux de croissance sur un an à 4,1%, malgré l’impact de la troisième vague de Covid et de la guerre d’Ukraine, indique que la dynamique est intacte et « si vous regardez les chiffres d’avril sur la TPS, etc. , il y a une dynamique considérable de l’activité économique… »

La stagflation fait généralement référence à un scénario dans lequel une économie connaît une chute de la croissance et une flambée du chômage ainsi que de l’inflation. L’inflation des prix de détail a atteint un sommet de près de huit ans à 7,79 % en avril.

Le CEA a indiqué que, malgré l’augmentation du projet de loi sur les subventions à la suite de la guerre en Ukraine et des engagements de dépenses supplémentaires, le Centre pourrait encore maîtriser son déficit budgétaire plus près du niveau budgété de 6,4 % du PIB.

« A ce stade, étant donné que nous sommes à peine dans deux mois de l’exercice, toute tentative d’estimation de la destination du déficit budgétaire serait hautement spéculative. Il y a donc de très bonnes chances que le chiffre final se rapproche de ce que nous avons estimé pour l’exercice 23 », a-t-il déclaré aux journalistes, lors d’un briefing sur les données du PIB.

A lire aussi  Le Premier ministre Modi discutera d'une croissance écologique soutenue et d'un programme de développement commun avec les secrétaires en chef lors de la conférence HP

Commentant la stagflation, Nageswaran a déclaré: « Par rapport à l’expérience de nombreux pays développés et en développement, l’Inde est un peu mieux placée et, plus important encore, la banque centrale et le gouvernement sont saisis du problème et s’y attaquent. Je dirais à ce stade que les risques de stagflation pour l’Inde sont assez faibles par rapport au reste du monde.

Le secteur financier national, a souligné le CEA, est mieux placé pour soutenir la croissance et, à mesure que la reprise s’accélère, les investissements du secteur privé augmenteraient également de manière plus significative.

Dans le même temps, l’Inde est sur la bonne voie pour surmonter tout vent contraire extérieur et consolider sa croissance mieux que d’autres pays.
Les fortes réserves de change de près de 600 milliards de dollars serviront de coussin contre les chocs extérieurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.