Un solde de trésorerie élevé de 2 000 milliards de roupies permet aux États d’emprunter moins

Economie

Grâce à un solde de trésorerie élevé d’environ 2 000 milliards de roupies, la plupart des États ne souhaitent peut-être pas trop emprunter à l’heure actuelle, car les rendements des prêts de développement des États (SDL) se sont durcis après que la Reserve Bank of India (RBI) a levé le principal taux d’intérêt directeur récemment, selon des sources.

Outre les rendements élevés, la décision du Centre d’ajuster les emprunts hors budget des États au cours des exercices 21 et 22 dans leurs plafonds d’emprunt nets (NBC) pour cette année, une décentralisation fiscale probablement plus élevée pour la deuxième année consécutive par rapport au budget (BE) et les recettes élevées de la taxe sur les produits et services (TPS) comprimeront les émissions de SDL au cours de l’exercice 23, selon les analystes.

Cumulativement, quatre gouvernements d’État ont levé 22 400 crores de roupies via les SDL du 1er avril au 10 mai 2022, soit près de 40 % de moins que les 37 200 crores de roupies levés par 13 États/territoires de l’Union au cours de la même période l’année dernière, en raison du flux de trésorerie confortable position des États suite à la libération très tardive de la décentralisation fiscale centrale au cours de l’exercice 22.

Malgré une offre plus faible, le seuil de coupure moyen pondéré des SDL a augmenté de 34 points de base (pb) à 7,69% le 10 mai contre 7,34% la semaine dernière, reflétant le durcissement des seuils à travers les échéances. Avec la coupure de l’Andhra Pradesh à 10 ans, SDL était à 7,76% mardi, 46 points de base de plus que le G-sec à 10 ans de référence.

« Nous nous attendons à ce que la décentralisation fiscale au cours de l’exercice 23 dépasse le montant inclus dans l’exercice 23BE de 1,1 billion de roupies, ce qui pourrait comprimer l’émission réelle de SDL dans le reste de cet exercice », a déclaré l’économiste en chef de l’Icra, Aditi Nayar. Le Centre a versé un montant substantiel de 8,8 billions de roupies aux États au cours de l’exercice 22, contre 7,4 billions de roupies au cours de l’exercice 22 RE (6,7 billions de roupies au cours de l’exercice 22 BE). Près de la moitié des 8,8 billions de roupies de l’exercice 22 ont été libérées au quatrième trimestre de l’exercice 22.

Pour l’exercice 23, le Centre a autorisé les gouvernements des États à emprunter des emprunts supplémentaires de 0,5 % du GSDP liés aux réformes du secteur de l’électricité et d’un montant équivalent à la part de contribution du gouvernement de l’État et des employés dans le cadre du nouveau régime de retraite, au-delà de la limite d’emprunt de base de 3,5. % du PIBP.

A lire aussi  Un groupe de travail propose des mesures pour renforcer le régime d'assurance-récolte

Pour limiter les emprunts hors budget des États, le Centre traite les emprunts hors budget contractés par les entités étatiques au même niveau que la dette des gouvernements des États à partir de cette année. Cependant, certains gouvernements d’État peuvent trouver ce changement difficile à respecter, étant donné la prolifération perçue des emprunts hors budget depuis le début de la pandémie. Compter les emprunts hors budget passés dans NBC pour l’exercice 23 a nui aux plans d’emprunt d’États tels que Telangana, qui s’est opposé à la dernière décision du Centre.

Les garanties accordées par l’Andhra Pradesh, le Tamil Nadu, l’Uttar Pradesh et le Telangana à leurs entités étatiques ont augmenté relativement fortement au cours de l’EX21 par rapport à l’EX20. Cependant, les emprunts hors budget des États avant FY21 ne seront pas inclus dans NBC pour FY23.

« Les États qui assistent à un important ajustement à la baisse de leur plafond d’emprunt net au cours de l’exercice 23 pourraient être contraints de contracter des emprunts inférieurs, tout en recourant simultanément à une utilisation accrue des facilités de liquidité telles que les avances de voies et moyens (WMA) et les découverts (OD) de la RBI », dit Icra. Les États ne peuvent pas emprunter au-delà des limites annuelles fixées par le gouvernement central en vertu de l’article 293 (3) de la Constitution.

Selon Crisil Ratings, les emprunts hors bilan de tous les États pourraient avoir atteint un sommet décennal d’environ 4,5 % du produit intérieur brut (PIB), soit environ 7,9 billions de roupies, au cours de l’exercice 22.

Selon l’économiste en chef d’India Ratings, DK Pant : « Il est trop tôt pour dire si les États emprunteront moins ou plus. Les soldes de trésorerie élevés pourraient disparaître lorsque les États commenceront leurs dépenses budgétaires pour l’exercice 23. »

Icra a déclaré que plusieurs facteurs affecteront les emprunts bruts réels sur le marché pour l’exercice 23 par rapport à ses récentes prévisions de 8,4 billions de roupies. Icra a l’émission nette de SDL par les États à 6 000 milliards de roupies au cours de l’exercice 23, soit une augmentation de 21,9 % par rapport aux 4 900 milliards de roupies au cours de l’exercice 22. En avril, Icra avait estimé les émissions nettes et brutes de SDL au cours de l’exercice 23 à 6,6 billions de roupies et 8,9 billions de roupies, respectivement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.