Une enquête sur le travail révèle une forte baisse du taux de chômage en 2020-21

Economie

Les indicateurs du travail ont enregistré une forte amélioration globale en 2020-21 (juillet-juin) par rapport aux trois années précédentes, selon les données publiées mardi par l’Office national des statistiques (ONS). L’accent mis par le gouvernement sur le programme de garantie de l’emploi rural semble avoir contribué à la baisse du chômage.

La première vague de la pandémie a diminué en juillet 2020, et la deuxième vague a fait surface en avril 2021 et a culminé en mai.

Selon le quatrième rapport annuel de l’enquête périodique sur les forces de travail (PLFS) réalisé au cours des mois de juillet 2020 et juin 2021 par l’ONS, le taux de chômage est tombé à 7,5% en situation hebdomadaire actuelle (CWS, chômage sur la semaine écoulée) sur la période de 8,8 % au cours des deux années précédentes et de 8,9 % en 2017-2018. Le taux de chômage est défini comme le pourcentage de personnes au chômage parmi la population active.

Selon le quatrième rapport annuel du PLFS, le taux de participation à la population active (LFPR), ou ceux qui travaillent ou cherchent ou sont disponibles pour travailler dans la population active, était le plus élevé en quatre ans à 39,3% en 2020-21, tout comme la population de travailleurs (WPR) à 36,3 %. WPR est défini comme le pourcentage de personnes occupées dans la population. Le LFPR plus élevé indique que les gens ne sont pas découragés par le marché du travail.

Cependant, selon le statut habituel (États-Unis, chômage au cours de l’année écoulée), le taux de chômage en 2020-21 était inférieur à 4,2 %. Le taux d’activité et le ratio de la population active ont augmenté à 41,6 % et 39,8 %, respectivement, en 2020-21 par rapport aux trois années précédentes selon la méthode américaine. CWS est plus proche de la norme mondiale.

Le NSO a lancé le PLFS en avril 2017. Le premier rapport annuel (juillet 2017-juin 2018) a été publié en mai 2019, le deuxième (juillet 2018-juin 2019) en juin 2020 et le troisième (juillet 2019-juin 2020) a été publié en mai 2019. Juillet 2021. Lorsque les résultats du PLFS 2017-18 ont été publiés en 2019, montrant un chômage à un sommet de 45 ans de 6,1%, une dispute a éclaté – tandis que l’opposition a cité les données pour mettre le gouvernement dans le banc des accusés, ce dernier a déclaré le Le PLFS n’était pas strictement comparable aux résultats de l’exercice effectué par l’ONS auparavant. Le PLFS est basé sur des échantillons aléatoires stratifiés.

A lire aussi  Acclamation de la mousson : Attendez-vous à plus de pluies, selon l'IMD

La première vague de la pandémie a frappé le pays en mars-avril 2020. Selon le Center for Monitoring Indian Economy (CMIE), le taux de chômage mensuel pour juillet 2020 était de 7,4 % qui est passé à 8,35 % en août, 6,68 % en septembre, 7,02 % en octobre, 6,5 % en novembre et 9,06 % en décembre 2020.
Entre janvier et avril 2021, le taux de chômage a oscillé entre 6,5 % et 7,97 %, mais est monté à 11,84 % lorsque la deuxième vague de la pandémie a frappé. En juin de l’année dernière, le taux de chômage, selon le CMIE, était de 9,17 %.

Pour le quatrième rapport annuel du PLFS, un peu plus de 0,1 million de ménages et 0,4 personnes, tant en milieu urbain qu’en milieu rural, ont été enquêtés.
Les données ont montré que le taux de chômage des hommes et des femmes dans le statut CWS et américain a chuté en 2020-21 par rapport aux trois années précédentes. Le LFPR et le WPR se sont également relativement améliorés au cours de l’année.

Le gouvernement affirme que les données du CMIE ne donnent pas une image fidèle du scénario d’emploi en raison des limites de l’enquête. Cependant, étant donné l’absence de données officielles à haute fréquence, les données du CMIE servent à évaluer le scénario emploi-chômage dans le pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.