Une plus grande taille du PIB nominal comprime le déficit : des revenus plus élevés modèrent le déficit budgétaire de l’exercice 22 à 6,71 %

Economie

Avec des recettes fiscales et non fiscales nettes supérieures de 4,3 % à l’estimation révisée (ER) présentée en février, le Centre a réussi à réduire modérément son déficit budgétaire à 6,71 % du PIB au cours de l’exercice 22, contre un ER de 6,9 %. Outre les recettes supplémentaires, une taille du PIB nominal plus élevée a également contribué à comprimer le déficit budgétaire malgré des dépenses totales dépassant les ER en raison de subventions plus élevées pour les engrais et d’autres dépenses de recettes.

Alors qu’un déficit budgétaire de 6,4 % est estimé par le Centre pour l’exercice 23, certains analystes s’attendent à ce qu’il augmente légèrement à 6,5 % malgré un passif de dépenses supplémentaires d’environ 2 000 milliards de roupies en subventions et une perte de revenus de 1 000 milliards de roupies en raison de la réduction des droits d’accise sur les carburants automobiles et la réduction des droits de douane sur certaines matières premières pour l’acier et les plastiques. Une grande partie de ces dépenses supplémentaires serait toutefois compensée par des recettes fiscales qui seront supérieures au niveau budgétisé.

Les analystes estiment que les recettes fiscales nettes du Centre seront de 1 à 1,3 billion de roupies de plus que l’exercice 23BE, tandis que les recettes de désinvestissement devraient également dépasser l’objectif de 20 000 crores de roupies au cours de l’exercice en cours.

Selon le contrôleur général des comptes, le déficit budgétaire s’est établi à 15,865 billions de roupies, légèrement inférieur à l’année fiscale FY22RE de 15,911 billions de roupies. Selon l’estimation provisoire, le PIB nominal de l’Inde était supérieur de 1,9 % à la première estimation anticipée, utilisée dans la préparation du budget de l’exercice 23. Cela a contribué à modérer le déficit budgétaire pour l’année.

Alors que les dépenses de revenus étaient de 32 000 milliards de roupies, soit 1,1 % de plus que pour l’exercice 22 RE, les dépenses d’investissement étaient de 5 930 milliards de roupies, soit 1,5 % de moins que l’objectif révisé. Les dépenses totales se sont élevées à 37,94 billions de roupies pour l’exercice 22, soit 0,6 % de plus que RE.

A lire aussi  Ont exhorté les entreprises multinationales à créer des centres de R&D en Inde : secrétaire du DPIIT

Les recettes fiscales et non fiscales provisoires étaient supérieures de 3,13 % et 10,92 % à celles de l’exercice 22RE. Cependant, en raison de la performance médiocre du désinvestissement à Rs 13 631 crore contre Rs 78 000 crore parqués en FY22RE, les recettes totales n’étaient que de 1,32 % supérieures à FY22RE.

« La croissance du PIB nominal clairement tirée par l’inflation a entraîné une augmentation des recettes fiscales et des performances budgétaires légèrement meilleures que celles de l’exercice 22RE », ont déclaré les économistes d’India Ratings, Sunil Kumar Sinha et Paras Jasrai.

L’objectif de déficit budgétaire de 16,6 billions de roupies (6,4 % du PIB) pour l’exercice 2023 comporte plusieurs risques, résultant de la perte de revenus pour le Centre en raison de la réduction des droits d’accise, du transfert inférieur au budget de l’excédent de la RBI, et la nécessité de dépenses supplémentaires pour les aliments, les engrais et les subventions au GPL tout au long de l’année.

« Cependant, une grande partie de cela serait compensée par des impôts sensiblement plus élevés que prévu, limitant l’ampleur du dépassement du déficit budgétaire du gouvernement au cours de l’exercice 23 à 1 000 milliards de roupies au-dessus du BE, même s’il n’y a pas d’économies sur les dépenses », a déclaré Icra. économiste en chef Aditi Nayar.

Le Centre a indiqué qu’il pourrait réduire légèrement les dépenses de recettes par rapport au niveau BE au cours de l’exercice 23 pour tenir compte d’une partie des dépenses supplémentaires en subventions. De plus, un PIB nominal plus élevé vis-à-vis de la BE devrait contenir le déficit budgétaire attendu à 6,5 % du PIB, ne dépassant que légèrement les 6,4 % du PIB budgétés, a déclaré Nayar.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.